» Pour vous inscrire : Inscription           » Si vous êtes déjà inscrit : Connexion           » Pour nous contacter : Contact

QDQ - Le syndicalisme français se réveillerait-il ?

Les syndicats et confédérations, nationaux et européens

QDQ - Le syndicalisme français se réveillerait-il ?

Messagepar scripta manent » Lun 19 Mar 2012 18:14

De Michel Noblecourt, sur Le Monde.fr du 17 mars 2012 (extraits) :
" Une délégation de la CGT menée par Bernard Thibault a été reçue à l'Elysée par Nicolas Sarkozy. A la suite de leur entretien, le secrétaire général a dénoncé "le risque inacceptable" du pacte de compétitivité dans la zone Euro, initié par Angela Merkel, qui a pour but de réduire l'ensemble des déficits des pays européens. (...) La réplique de M. Sarkozy a été immédiate. "Que les syndicalistes défendent les syndiqués et ne fassent pas de politique et la CGT se portera mieux", a-t-il lancé lors d'un déplacement dans la Marne. Se déclarant à la disposition des "vrais salariés de Florange" - sous-entendu ceux qui n'ont pas de mandat syndical -, le président-candidat s'en est pris à la centrale de Bernard Thibault : "Que la CGT ne pense pas qu'elle a un rôle politique à jouer dans cette campagne." (...) Si la rupture est consommée entre M. Sarkozy et la CGT, elle est plus que latente avec les autres syndicats qui n'ont toujours pas digéré le passage en force du président sur la réforme des retraites. " (...) Pour le président-candidat, "les corps intermédiaires ont un rôle à jouer dans le bon fonctionnement de la démocratie à une condition : qu'ils ne confisquent pas le pouvoir, car le pouvoir ne leur appartient pas". (...) Les syndicats ont vu dans la virulence de cette charge une agression. Le 21 février sur RTL, M. Chérèque s'est insurgé contre cette conception de la démocratie : "Que les corps intermédiaires se mettent entre lui et le peuple, et qu'il veut fonctionner sans avoir de débats avec ce qu'on appelle la société civile, c'est une conception de la démocratie autoritaire, que la CFDT ne partage pas." "

Dommage que nos syndicats de salariés aient mis près de 5 ans à s'apercevoir qu'on les roulait dans la farine.

Dommage aussi que ce syndicalisme divisé, arc-bouté sur la défense de quelques citadelles, discrédité par des compromissions et pratiques de gestion douteuses ne représente plus qu'une petite minorité des salariés en France.

Dommage enfin qu'un syndicalisme européen digne de ce nom n'ait pas joué son rôle dans la construction européeenne.

La "crise" sera-t-elle une occasion de se ressaisir ?

Pour accéder au texte complet de l'article de Michel Noblecourt :
http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/03/17/democratie-sociale-ou-referendaire_1671423_1471069.html#xtor=EPR-32280229
scripta manent
Site Admin
 
Messages: 330
Enregistré le: Mer 06 Juil 2011 11:35

Retourner vers Les syndicats de travailleurs

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron