» Pour vous inscrire : Inscription           » Si vous êtes déjà inscrit : Connexion           » Pour nous contacter : Contact

QDQ - Michel Rocard et Pierre Larrouturou, sur le financement des dettes publiques

Ensemble constitué de la BCE et des banques centrales des Etats membres

QDQ - Michel Rocard et Pierre Larrouturou, sur le financement des dettes publiques

Messagepar pierre » Jeu 05 Jan 2012 21:05

Le 2 janvier, Michel Rocard et Pierre Larrouturou ont publié dans Le Monde une tribune conjointe appelant l'attention sur le caractère délirant des modalités actuelles de financement des dettes publiques en Europe et proposant des solution réalistes et immédiatement applicables pour en sortir :
" Il n'est pas besoin de modifier les traités européens pour mettre en oeuvre cette idée : certes, la Banque centrale européenne (BCE) n'est pas autorisée à prêter aux Etats membres, mais elle peut prêter sans limite aux organismes publics de crédit (article 21.3 du statut du système européen des banques centrales) et aux organisations internationales (article 23 du même statut). Elle peut donc prêter à 0,01 % à la Banque européenne d'investissement (BEI) ou à la Caisse des dépôts, qui, elles, peuvent prêter à 0,02 % aux Etats qui s'endettent pour rembourser leurs vieilles dettes.
Rien n'empêche de mettre en place de tels financements dès janvier ! On ne le dit pas assez : le budget de l'Italie présente un excédent primaire. Il serait donc à l'équilibre si l'Italie ne devait pas payer des frais financiers de plus en plus élevés. Faut-il laisser l'Italie sombrer dans la récession et la crise politique, ou faut-il accepter de mettre fin aux rentes des banques privées ? La réponse devrait être évidente pour qui agit en faveur du bien commun" .


Les auteurs confirment par ailleurs leur souhait de voir émerger une Europe politique :
" Ceux qui demandent la négociation d'un nouveau traité européen ont raison : avec les pays qui le veulent, il faut construire une Europe politique, capable d'agir sur la mondialisation ; une Europe vraiment démocratique comme le proposaient déjà Wolfgang Schäuble et Karl Lamers en 1994 ou Joschka Fischer en 2000. Il faut un traité de convergence sociale et une vraie gouvernance économique ".

Pour accéder au texte complet :
http://www.lemonde.fr/idees/article/201 ... id=1268560
pierre
 
Messages: 161
Enregistré le: Dim 18 Sep 2011 15:58

Re: Michel Rocard et Pierre Larrouturou

Messagepar scripta manent » Mar 24 Jan 2012 23:21

Lorsqu'un ancien Premier ministre, Inspecteur des finances au surplus, publie, en collaboration avec Pierre Larrouturou (l'artisan du partage du temps de travail et le promoteur d'un Traité pour une Europe sociale), un article décrivant une voie réaliste pour réduire sensiblement le poids des dettes publiques en Europe, on pourrait penser qu'il y serait donné un bon écho médiatique.
Eh bien non. L'édition papier du Monde le publie mais ne l'annonce que par un bien petit encart en première page. Les autres supports l'ignorent ou le réduisent à la portion congrue.
Cette propension des médias à ressasser un discours dominant et à faire pleurer dans les chaumières est-elle la conséquence de convictions mal fondées, une illustration du syndrome moutonnier ou le résultat de politiques éditoriales partisanes ?
scripta manent
Site Admin
 
Messages: 330
Enregistré le: Mer 06 Juil 2011 11:35

Re: Michel Rocard et Pierre Larrouturou

Messagepar pierre » Mar 31 Jan 2012 17:49

Il est dommage en effet que ces propositions salutaires, simples à mettre en oeuvre, n'aient pas eu plus d'écho dans les media.
Rien d'étonnant à cela : ne comptons pas sur la droite actuelle pour reprendre ouvertement des propositions venant d'un social-démocrate comme Michel Rocard ou d'un chantre honni de la réduction du temps de travail comme Pierre Larrouturou.

Ne comptons pas non plus sur le PS : si l'on se réfère encore à Mitterrand (ce n'est pas dangereux, il ne reviendra pas), on préfère garder à distance Rocard, dont on redoute la parole libre. Il est encore dangereux car toujours présent dans le coeur de bien des militants socialistes et au-dela, comme un espoir déçu (pour cause de vindicte mitterrandienne).

Le renouveau qui s'annonce a besoin de toutes ses forces, de toutes ses falcultés de propositions, de toutes ses voix.
Souhaitons qu'elles soient mieux entendues.
pierre
 
Messages: 161
Enregistré le: Dim 18 Sep 2011 15:58

Re: Michel Rocard et Pierre Larrouturou

Messagepar causonsen » Mer 24 Juil 2013 17:32

Ceux qui s'intéressent à la question des relations entre l'Etat et la Banque centrale liront sans doute avec intérêt l'article "Idée reçue sur la loi du 3 janvier 1973, paru le 10 mars 2012 sur le blog " La théorie du tout ", ainsi que les abondants commentaires qu'il a suscités.
On y trouve une analyse fouillée du rôle respectif de cette loi, puis de la loi du 4 août 1993 (sur l'indépendance de la Banque de France), puis du Traité de Maastricht.

La thèse de l'auteur est résumée comme suit dans sa conclusion :
" La loi du 3 janvier 1973 est donc accusée à tort d'être à l'origine de la fin des emprunts gratuits accordés par la Banque de France à l'Etat.
Il faut attendre 1993, et le Traité de Maastricht, pour voir énoncer une telle interdiction de principe, dans son article 104, paragraphe 1 (réécrit à l’article 123 du TFUE) : « Il est interdit à la BCE et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées “banques centrales nationales”, d'accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions ou organes de la Communauté, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres; l'acquisition directe, auprès d'eux, par la BCE ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite. »
Interdiction que l’on retrouve dans l’article 3 des nouveaux statuts de la Banque de France institués par la loi du 4 aout 1993 : « Il est interdit à la Banque de France d’autoriser des découverts ou d’accorder tout autre type de crédit au Trésor public ou à tout autre organisme ou entreprise publics. L’acquisition directe par la Banque de France de titres de leur dette est également interdite. Des conventions établies entre l’Etat et la Banque de France précisent, le cas échéant, les conditions de remboursement des avances consenties jusqu’à la date d’entrée en vigueur de la présente loi au Trésor public par la Banque de France.
"

http://www.theorie-du-tout.fr/2012/03/loi-1973-rothschild.html
causonsen
 
Messages: 309
Enregistré le: Mar 13 Mar 2012 19:15


Retourner vers Le système bancaire central européen

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron