» Pour vous inscrire : Inscription           » Si vous êtes déjà inscrit : Connexion           » Pour nous contacter : Contact

Les pays des Balkans et l'Union européenne. A méditer

Quel projet ? Quel modèle de société pour l'Europe ?

Les pays des Balkans et l'Union européenne. A méditer

Messagepar causonsen » Sam 15 Déc 2012 19:30

Le Courrier des Balkans, portail francophone des Balkans, a mis en ligne le 13 décembre 2012 un entretien avec Florian Bieber, directeur du Centre d’Etudes Européennes de l’Université de Graz, réalisé par Radio Slobodan Evropa le 3 décembre.
" Adhérer tout de suite à l’Union européenne, un scénario catastrophe pour les Balkans ? ", tel est le titre de cet article, introduit comme suit : " Après l’adhésion de la Croatie, les « portes de l’UE » risquent de se refermer durablement, mais ce n’est peut-être pas une mauvaise chose... Plutôt qu’une intégration hâtive et ratée, mieux vaut prendre son temps. Les pays des Balkans occidentaux doivent d’abord mettre en place les réformes nécessaires, avant de penser à l’adhésion européenne. "

Salutaire réflexion qui nous renvoit au cas de quelques autres pays, et en particulier à celui de la Grèce.
En 1981, quand la Grèce est entrée dans l'UE, le ver était dans le fruit. On savait ou on aurait du savoir que l’Etat grec était déliquescent (je ne sais plus qui a dit à l’époque : « pas grave, l’UE a les moyens de s’offrir le Parthénon »).
Cette déliquescence a des raisons historiques. La Grèce a vécu sous le « joug » ottoman pendant des siècles. A l’époque, pour un grec, Etat = oppression ou compromission. Après la chute de l’empire ottoman, cela a été une succession de soubresauts et de rectifications de frontières, sous la dictée des « puissances », qui ont même collé aux grecs un souverain allemand, qui ne parlait pas grec ! Dictatures, déchirements de la guerre de 39-45. Régime des colonels. Haines tenaces entre clans issues de ces épisodes douloureux. Au milieu de tout cela, quelques rares et courtes parenthèses avec des personnalités lucides et énergiques au pouvoir. Elles ont été zigouillées ou destituées. Les partis qui se sont succédés au pouvoir après les colonels ont arrosé leur clientèle … Résultat, aujourd’hui, beaucoup de grecs continuent à considérer que c’est « normal » d’esquiver l’impôt, que tous les puissants sont pourris …
Entre 1981 et maintenant, l’UE et la Grèce ont disposé de 3 décennies pour réformer cela, ce qui n’était pas de trop. Cela n’a pas été fait (pas de cadastre, etc …). Les fonds régionaux ont servi bien sûr (il suffit de voyager en Grèce, comme d’ailleurs dans tant de régions européennes, pour voir que l’UE a beaucoup fait) mais il ont aussi alimenté le chaudron du clientélisme. C’est une responsabilité partagée.
Maintenant, on demande aux grecs de faire en 3 ans ce qu’ils n’ont pas fait – et qu’on ne leur a guère demandé - en 30. Aucun des plans élaborés jusqu’à présent n’était crédible, le ratio dette / PIB continue à augmenter et il faudra une génération pour qu'un plan de réformes réaliste soit mené à bien.
Peut-être tout cela aura-t-il au moins servi à ce que des pays candidats à l'UE se posent aujourd'hui les bonnes questions !

Pour accéder au texte complet de l'entretien avec Florian Bieber :
http://balkans.courriers.info/article21374.html
causonsen
 
Messages: 309
Enregistré le: Mar 13 Mar 2012 19:15

Retourner vers Quelle Europe ?

 


  • { RELATED_TOPICS }
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron