» Pour vous inscrire : Inscription           » Si vous êtes déjà inscrit : Connexion           » Pour nous contacter : Contact

Abandonner l'euro ?

Pour essayer d'y voir plus clair sur les mécanismes financiers et spéculatifs qui sont à l'oeuvre

Abandonner l'euro ?

Messagepar gerald » Mer 14 Déc 2016 23:01

Abandonner l’euro ?

Dans une tribune parue d’abord sur le site politico.eu, puis dans le Libération du 13 décembre 2016, Miguel Otero-Iglesias, Economiste au Elcano Royal Institute (Madrid) et chercheur associé à l’Essca School of Management (Paris), s’inscrit en faux contre l’opinion dominante anglo-saxonne. Extraits :

« L’euro a été et demeure une très mauvaise idée, c’est en tout cas, ce que s’accordent à dire les économistes britanniques et américains. Que ce soit à droite avec Martin Feldstein, au centre avec Mervyn King, ou à gauche, avec Paul Krugman et Joseph E. Stiglitz, le verdict est unanime : l’union monétaire européenne a été une grosse erreur et il faut la démanteler… »

« Quoi de plus facile pour ceux qui vivent hors de la zone euro de montrer du doigt les taux élevés de chômage en Italie, Grèce et Espagne et de les mettre sur le dos du carcan de la monnaie unique. Or, plus des deux tiers des citoyens de la zone euro - même ceux qui vivent dans les pays les plus frappés par la crise - tiennent à conserver la monnaie unique. Prenez la Grèce. En automne 2005, seuls 46% des Grecs soutenaient l’euro. Dix ans plus tard, après avoir été deux fois au bord du Grexit, situation douloureuse et humiliante s’il en est, ce chiffre a grimpé à 70%. Les Grecs, comme d’autres européens du Sud, savent bien que les problèmes auxquels ils sont confrontés sont d’origine nationale. A leurs yeux, sortir de l’euro ne ferait qu’empirer les choses ».

« Des deux côtés de l’Atlantique, l’opinion générale est formelle : si la zone euro survit à sa prochaine crise, elle devra acquérir à l’avenir une capacité budgétaire commune – des euro-obligations, un budget commun, un ministère des Finances pour la zone monétaire soumis au contrôle démocratique pertinent ».

« Mais tout le monde n’est pas d’accord pour dire que ces mesures sont applicables sur le plan politique. Aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, spécialistes et experts estiment généralement que les possibilités que l’Allemagne accepte une union de transfert et que la France renonce à sa souveraineté budgétaire sont extrêmement faibles. Et de conclure, par conséquent, qu’il est temps de se faire à l’idée de l’échec de l’euro et d’entamer une procédure de divorce ».

L’auteur résume ensuite, à titre d’exemple, la proposition de Stiglitz dans son ouvrage « L’euro : comment la monnaie unique menace l’avenir de l’Europe », pour permettre à la Grèce de sortir de la zone euro. Il poursuit : « Ces propositions ignorent le fait que le Portugal, l’Espagne le Grèce et l’Italie ayant beaucoup lutté pour rentrer dans le club riche et démocratique de la zone euro, elles ne vont pas y renoncer si facilement. Certes l’euro présente des défauts structurels qu’il faut corriger, mais il a été un pilier de stabilité pendant la crise, et on ne peut pas dire autant des institutions nationales… ».

« L’idée de créer « deux euros », un pour les pays du Nord et un pour les pays du Sud, selon la proposition des lauréats du prix lord Wolfson, n’est pas applicable (parce que) la France, qui se trouve juste en plein milieu, ne rejoindra jamais une union avec ses voisins du Nord, champions de la productivité, et n’osera jamais se séparer de l’Allemagne pour prendre la tête des pays du Sud, moins productifs ».

«L’Allemagne ne sortira pas non plus de l’euro, contrairement à ce que suggèrent Stiglitz et King, car quel chancelier souhaiterait rester dans l’histoire comme le leader ayant donné le coup de grâce au projet européen ? Angela Merkel l’a dit lors de la dernière crise : si l’euro échoue, c’est toute l’Europe qui échoue… »

« La rupture de la zone euro serait synonyme d’un retour de la « tyrannie » du mark allemand, comme dans les années 80, ce qui reviendrait à raviver le spectre du « problème allemand ». Et c’est cela, et non l’euro, qui constituerait une menace pour l’Europe…

« Ce n’est pas l’euro qui a créé les tensions nationales que l’on constate en Europe à l’heure actuelle. Il les a juste mises sur le devant de la scène en mettant à nu les interdépendances au sein du continent. Supprimez la monnaie unique et on assistera à un relâchement des liens qui unissent les Européens et à un renforcement du nationalisme ».

---
gerald
 
Messages: 96
Enregistré le: Dim 06 Nov 2011 18:48

Re: Abandonner l'euro ?

Messagepar benjamin » Dim 18 Déc 2016 13:12

Toutefois force est de constater qu'avec les 'progrès' de la finance, cet euro est à la fois une monnaie d'échange mais également un moyen de spéculation à outrance, comme toute monnaie de pays ou union occidentale un tant soit peu 'riche'. Comment un même objet peut-il avoir deux fonctions si différentes? La première qui nous permet d'acheter notre pain, notre café, notre nourriture, d'accéder à la culture, l'information; la seconde qui consiste en une espèce de jeu de hasard plus ou moins maîtrisé, mettant en jeu des sommes astronomiques en dehors de toute notion 'humaine'. Deux fonctions tellement différentes et dont les quantités de monnaie engagées sont iniques, je ne changerai rien à leur jeu en achetant tout à coup beaucoup de pain, alors qu'ils pourraient bien me mettre au chômage avec le leur.
Ok, l'euro outil de stabilité, mais ne faudrait-il pas une monnaie réservée à des échanges 'humains'? Il faut sans doute conserver l'Euro car il est un enduit du socle européen, il nous garde 'ensemble', et nous rend plus crédibles à l'international, mais...Comment découpler une monnaie d'échanges réels de monnaies de spéculation, d'investissement etc...? Mr Hollande n'en avait-il pas fait promesse avant son élection à la magistrature suprême?
benjamin
 
Messages: 21
Enregistré le: Sam 26 Nov 2011 18:30

Re: Abandonner l'euro ?

Messagepar pierre » Dim 18 Déc 2016 20:03

Ok, l'euro outil de stabilité, mais ne faudrait-il pas une monnaie réservée à des échanges 'humains'? Il faut sans doute conserver l'Euro car il est un enduit du socle européen, il nous garde 'ensemble', et nous rend plus crédibles à l'international, mais...Comment découpler une monnaie d'échanges réels de monnaies de spéculation, d'investissement etc...?


Les monnaies '' réservées à des échanges humains '' n'existent-elles pas déjà ? Elles ont même le vent en poupe !
http://monnaie-locale-complementaire.net/france/

Elles coexistent avec l'euro et n'ont pas le même rôle, effectivement : elles permettent d'échanger des biens et services réels et locaux.

Quelle serait l'utilité de créer une monnaie de ce type à un niveau national ?
Ne serait-elle pas en contradiction avec la libre circulation dans le Marché Unique de l'UE, l'un des grands acquis qui nous tiennent ensemble, justement ?

Ou quelle serait l'utilité de créer une monnaie de ce type au niveau de l'UE ?
Législation et traités sur les échanges avec le reste du monde ne sont-ils pas déjà l'outil délimitant un territoire, certes étendu, mais local en quelque sorte, permettant à l'UE de fixer une règle du jeu ?
Cette règle est toujours modifiable et les grandes mobilisations actuelles sur les projets de traités témoignent de l'importance des enjeux, y compris démocratiques.
pierre
 
Messages: 160
Enregistré le: Dim 18 Sep 2011 15:58

Re: Abandonner l'euro ?

Messagepar agénor » Dim 25 Déc 2016 12:30

Gaël Giraud, économiste en chef de l'Agence Française pour le Développement (AFD), (entre autre, car cet économiste a beaucoup de casquettes !), faisait une remarquable suggestion pour allier les deux contraintes, lors d'un passage au 7-9 de France Inter le 4 décembre 2014 à l'occasion de la sortie du livre "L'imposture économique" de Steve Keen, préfacé par Gaël Giraud.
Pour l'écouter :

youtu.be/siHDE1P-8W0?t=379

Transcription:

L’euro monnaie unique ne marche pas bien. Ça ne veut pas dire qu’il faut en sortir. En sortir c’est un suicide. Il y a une ligne de crête à suivre.

L’euro monnaie unique tel que nous l’avons construit ne marche pas, il nous envoie dans le mur. Il conduit à une séparation entre l’Europe du Nord industrialisée et l’Europe du Sud qui se désindustrialise. Ces deux Europe-là vont avoir de plus en plus de mal à cohabiter avec une monnaie unique.

Ma proposition, qui est également celle de Steve Keen et d’un certain nombre d’autres économistes, c’est l’euro monnaie commune. Vous gardez l’euro pour les transactions en dehors de la zone euro. Ca, ça ne change [pas]. Donc si vous transactez avec les Etats-Unis, c’est le même cours de change qu’aujourd’hui, l’euro dollar, [qui s’applique], mais à l’intérieur de la zone euro vous rétablissez des euros nationaux, dont le taux de change est débattu politiquement. Une fois par an, par exemple le 1er janvier, le conseil de l’Europe se réunit et dit [par exemple] « cette année on va dévaluer l’euro drachme parce que la Grèce a absolument besoin d’une bouffée d’oxygène. »

C’est une manière de revenir au serpent monétaire européen mais non plus gagé sur l’ECU mais sur l’euro.

Bien évidemment l’Allemagne est la seule qui ne sera pas d’accord avec ça, mais il n’y a pas de raison que l’Allemagne soit celle qui décide du sort économique de toute l’Europe.


Pour voir l'entretien complet, qui comprend des réflexions plus générales sur la crise en cours et le dogme néolibéral, regarder la vidéo ci-dessous

youtu.be/siHDE1P-8W0
agénor
Site Admin
 
Messages: 287
Enregistré le: Mer 06 Juil 2011 11:12


Retourner vers Finance et spéculation

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron