» Pour vous inscrire : Inscription           » Si vous êtes déjà inscrit : Connexion           » Pour nous contacter : Contact

Du système électoral

Le citoyen électeur, consommateur, pétitionnaire, associatif ...

Du système électoral

Messagepar Demos » Dim 16 Aoû 2015 18:07

Lorsque l'on pense à réformer nos sociétés, on imagine souvent la création de nouveaux partis politiques. Au vu des résultats obtenus ces dernières décennies, il semble devenir chaque jour un peu plus clair que nous faisons fausse route, et que l'histoire ne fera que se répéter inlassablement jusqu'à ce que nous acceptions qu'il nous faudra probablement revoir notre système de manière plus profonde.

En cela, la réflexion sur le système électoral lui-même devrait être au cœur de nos préoccupations.

Le suffrage n'a pas toujours été perçu par les fondateurs de la démocratie comme étant la juste solution. Pensons à Aristote :

« Les élections sont aristocratiques et non démocratiques : elles introduisent un élément de choix délibéré, de sélection des meilleurs citoyens, les aristoï, au lieu du gouvernement par le peuple tout entier. » (Aristote, rapporté par Moses I. Finley dans Démocratie antique et démocratie moderne)


La vraie démocratie, peut-elle exister au travers d'un système électoral, qui se pense démocratique, s'affiche comme étant l'unique solution démocratique?
Le simple fait que le paradigme démocratie - élection ne nous semble pas discutable, ne devrait-il pas éveiller en nous un questionnement ? Ne devrions-nous pas, par principe, rejeter les évidences, et remettre en cause nos croyances?

Plusieurs auteurs, penseurs, appellent à remettre en cause le principe même du suffrage, et en appellent à un système qui utiliserait d'une manière ou d'une autre le tirage au sort :

http://lavraiedemocratie.fr/10-iii-a-les-benefices-du-choix-du.html

http://www.liberation.fr/politiques/2014/03/07/les-elections-n-ont-jamais-ete-concues-pour-etre-democratiques_985329

Dès que l'on soumet l'idée même de remettre en cause notre système représentatif, on ressent une méfiance totale du citoyen. Et pourtant, ce système électoral n'a-t-il pas abouti à l'un des pires régimes que notre planète ait connu, le nazisme?

Les différentes crises du 20ème siècle, la misère planétaire, la gestion catastrophique des ressources mondiales, posent question. Mais aucune réponse ne semble émerger. Alors peut-être serait-il temps de prendre conscience que les mauvaises questions sont posées, et que tant que nous ne poserons pas les bonnes questions, aucune solution satisfaisante ne pourra exister.

Et si nous tentions l'expérience du tirage au sort? D'abord à petite échelle, au niveau local par exemple. Pour vaincre enfin la lassitude qui nous frappe, et en terminer avec ce fameux "de toute manière, rien ne changera jamais".
Demos
 
Messages: 42
Enregistré le: Jeu 02 Juil 2015 16:49

Re: Du système électoral

Messagepar Timy » Dim 13 Sep 2015 17:27

Pour moi le problème n'est pas la démocratie mais le "Demos".
Un Demos imbécile, manipulable à souhait, capable de toutes les dérives fanatiques possibles (je vous conseille la lecture des commentaires de Figaronautes pour en voir quelques exemples des plus affligeants).
Et surtout un Demos qui n'est qu'une somme d’individus nombrilistes ne votant que pour eux-mêmes sans se poser la question du bien commun, ce qui est selon moi incompatible avec le titre de "Citoyen" et donc la Démocratie.

La meilleure solution pour redonner à la démocratie tout son sens, serait selon moi de vraiment valoriser la citoyenneté et son implication.
Je serais par exemple pour la suppression de l'acquisition automatique de la citoyenneté en faveur d'une citoyenneté de "mérite" démontrant une capacité d'analyse minimale du monde ainsi qu'un engament du citoyen envers notre société.

Certain s'insurgeront certainement face à cette vision d'une citoyenneté "d'élite" (probablement contraire aux DDHC), mais mon idée est de créer un peuple de "citoyens" et faire des "valeurs citoyennes" un pilier de nos sociétés post-moderne.
Timy
 
Messages: 18
Enregistré le: Mer 15 Avr 2015 23:57

Re: Du système électoral

Messagepar pierre » Ven 18 Sep 2015 18:32

Dans cette hypothèse Timy, qui jugerait de la
capacité d'analyse minimale du monde ainsi qu'un engament du citoyen envers notre société
?
pierre
 
Messages: 160
Enregistré le: Dim 18 Sep 2011 15:58

Re: Du système électoral

Messagepar Timy » Ven 18 Sep 2015 20:03

C'est effectivement la grande problématique de cette idée, j'en conviens parfaitement. Les dérives sont évidentes, mais l'origine de l'idée n'est pas forcement malsaine.
Qu'elles conditions remplir pour être citoyen?
.La baser sur un niveau minimum d'études? Le brevet des collèges est un minimum à nôtre époque,...
.Mettre en place un système d'"engagement citoyen" nécessaire pour obtenir la citoyennetés? Le "service volontaire européen" par exemple serait une bonne condition d’obtention de citoyenneté.
.Ou simplement ne pas rendre automatique l'acquisition de ce titre, mais forcer une démarche volontaire vers la citoyenneté? suffirai selon moi à en renforcer l'idée "Nous sommes citoyens par ce que nous l'avons voulu, non pas grâce à un courrier de la poste quelques temps après nos 18 ans". Cela agrémenté d'une sorte de cérémonie rituel importante...?
.Un principe d’examen écrit ou oral? Il serait forcément contesté et contestable...
Timy
 
Messages: 18
Enregistré le: Mer 15 Avr 2015 23:57

Re: Du système électoral

Messagepar Demos » Mer 13 Juil 2016 04:58

http://www.lesoir.be/1264826/article/actualite/france/2016-07-12/coiffeur-personnel-francois-hollande-emarge-9895-euros-par-mois

Le coiffeur personnel de François Hollande émarge à 9.895 euros par mois

C’est un contrat de travail qui aurait dû rester couvert par « le secret le plus absolu » (c’est écrit dedans...). Manqué : Le Canard Enchaîné, dans son édition du 13 juillet, publie le contrat à durée déterminée d’Olivier B.

Un contrat qui, étrangement, ne qualifie pas les missions du salarié. Olivier B. est en fait le coiffeur personnel du président de la République française. Il bichonne les mèches de François Hollande depuis le 16 mai 2012 et, pour de dur labeur, il est rémunéré 9.895 euros brut mensuels, « sans compter d’éventuelles ‘indemnités de résidence’ et autres ‘avantages familiaux’ » précise le « Volatile ». 593.700 euros de rémunération brute cumulée sur cinq ans… la somme a de quoi étonner n’importe quel citoyen qui pensait élire « un président normal ».

A lire sur Le Soir +
A un an de la présidentielle française, les sondages se sont souvent trompés
Mission secrète
Le contrat de travail de l’artiste capillaire de 46 ans ne spécifiait pas ses missions. « L’agent contractuel » a signé : promis juré, « il s’engage à observer, pendant et après l’expiration de son contrat, le secret le plus absolu sur les travaux qu’il aura effectués ou les renseignements qu’il aura recueillis. » C’est ce qu’on appelle couper les cheveux en quatre ! Le journal satirique se gausse : « Les ‘travaux effectués’ ? Des extensions miracles ? La formule magique de la teinture aile de corbeau du Président ? »

Si l’information ultra-sensible a fuité, c’est qu’Olivier B. a produit son contrat de travail devant un tribunal, alors qu’il attaquait le site people Closer, qui évoquait son métier dans un article. Par capillarité, si l’on ose dire, ledit contrat se retrouve aujourd’hui dans le Canard Enchaîné.

Dans le canard enchainé de demain. Enorme: le coiffeur perso de @fhollande payé... 9895€ par mois. What else?

L’avocate du coiffeur du Président défend son client. Sarah Levy explique : premio, Olivier B. a dû « brader » son salon de coiffure pour se consacrer à la chevelure présidentielle. Secundo, « il est à la disposition du Président 24 heures sur 24… »

Ce n’est pas la première fois que le train de vie du palais de l’Elysée fait la une des journaux. En avril 2014, Mediapart avait révélé que le conseiller et grand manitou de la communication du président, Aquilino Morelle, se faisait cirer les chaussures au Palais. Au frais du contribuable. M. Morelle avait été renvoyé sur le champ.

L’information sur les émoluments du coiffeur élyséen ne va pas ravir François Hollande, qui travaille déjà à sa campagne en vue d’une possible réélection en 2017. Reste à savoir si, réélu, le président reconduirait pour cinq ans le CDD de son coiffeur.


Une bombe! Mais quels en seront les dégât collatéraux?

Le président dépenserait donc 10 000 euros/mois en coiffure.

Franchement, 3 heures dans un salon de coiffure de luxe à Paris, ça monte vite dans les 400 euros. Si le président devait se déplacer pour aller se faire coiffer, avec sa garde présidentielle, combien cela coûterait-il ? Et si le coiffeur devait avoir toutes les accréditations pour coiffer, la sûreté de l'état le surveillant constamment (on ne va probablement pas lui laisser approcher du président aussi facilement), combien mériterait-il de salaire? La question, finalement, c'est pourquoi on cache ce genre d'infos, et pourquoi on ne l'explique pas.
N'importe quel président se doit de dépenser des sommes folles pour assurer sa sécurité. On surveille un gars qui coiffe, pas 5 000... Ce qui est déjà très coûteux!
Si on ouvrait le marché, il faudrait enquêter et surveiller chaque candidat avant de lui permettre d'approcher le président. Ou alors, devrait-on faire bosser les coiffeurs avec des gardes qui pointent leurs armes sur eux, histoire d'être sûr qu'ils sont bien sûrs.
Finalement, la question est plutôt, est-ce qu'une position justifie ce genre de mesures? Et elle se pose pour pas mal de postes alors.
Et donc, ce serait quoi la solution pour ne pas dépenser 10 000 euros/mois pour la coiffure du président? Avec chiffres à l'appui, que l'on propose une solution moins coûteuse...

La question finalement, ne serait-elle plutôt de savoir si l'on a besoin d'un maillon faible, d'un président, sensé incarner un pays tout entier?
En tout cas, on peut dire que ceux qui promettent de changer les choses en étant différents des autres, comme président, mentent obligatoirement. Ils seront tous tenus par les mêmes impératifs de sécurité qui les éloigneront de la vie populaire.

Finalement, l'Europe, tellement décriée pour sa faiblesse, du fait de l'importance communautaire (qui relève d'une communauté), n'est-elle pas sur la bonne voie? Qui incarne l'Europe? Personne? L'Europe n'est-elle pas forte en ce sens, elle, qui fait l'impasse sur une sorte de nécessité biblique d'avoir un chef, qui incarnerait nos valeurs et notre sens de la communauté. Le communautarisme européen n'est-il pas révolutionnaire, voire visionnaire, en quelque sorte?

On pourra pinailler, mais les nations européennes n'ont toujours pas lâché certains leviers importants du pouvoir. Au G8, elles trouvent plus commodes d'avoir 4 sièges sur 8. L'Europe serait donc une régression de ce point de vue. Mais par contre, une amélioration de l'esprit communautaire, ce qui n'a probablement pas de prix (quelle plus belle ode à l'Europe que de réformer le G8, pour donner à l'Europe un siège, et supprimer les sièges de ses membres. L'Italie, la France et l'Allemagne prêtes à communautariser leur présence au G8 (dommage pour le Royaume-Uni), mais quel impact positif pour les autres membres de l'Union!). On peut surement miser sur la logique du fort qui mate le faible. Mais aujourd'hui, une logique plus communautaire, plus participative reste possible. Et l'Europe pourrait en être la preuve vivante.

Une idée à creuser, probablement.
Demos
 
Messages: 42
Enregistré le: Jeu 02 Juil 2015 16:49


Retourner vers Le pouvoir citoyen

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron