» Pour vous inscrire : Inscription           » Si vous êtes déjà inscrit : Connexion           » Pour nous contacter : Contact

''Sortir de l'impasse''

Informations, statistiques et opinions sur la répartition des revenus et patrimoines,

''Sortir de l'impasse''

Messagepar pierre » Mer 24 Fév 2016 22:41

La coupe serait-elle pleine ? Après un long temps d'interrogation, d'incrédulité, les opposants de gauche à la politique du gouvernement de Manuel Valls s'organisent, se comptent, donnent de la voix.
Les appels collectifs de personnalités d'horizons divers (politiques, universitaires, syndicaux, associatifs) à changer de politique ne sont plus rares et se font plus pressants.
Dans une tribune frisant le réquisitoire publiée le 24.02.16 dans Le Monde, l'attitude de la Chancelière allemande face aux réfugiés est confortée :

''Par une regrettable accélération du temps, la semaine dernière, ce fut la meurtrissure de l’indécent discours de Munich, à propos des réfugiés. Se revendiquer d’une liberté de ton n’autorise pas tout. Non, Angela Merkel n’est pas naïve, Monsieur le Premier Ministre. Non, elle n’a pas commis une erreur historique. Non, elle n’a pas mis en danger l’Europe, elle l’a sauvée. Elle l’a sauvée du déshonneur qui aurait consisté à fermer totalement nos portes à toutes ces femmes, ces hommes et enfants fuyant les persécutions et la mort et en oubliant ceux qui chaque jour perdent la vie en méditerranée.
La fermeté, c’est le langage qu’il faut tenir à ceux des Etats européens qui s’exonèrent de toute solidarité, de toute responsabilité à l’égard des réfugiés. La France ne doit pas être de ceux-là. La France quand elle s’appuie sur ces valeurs comme elle l’a fait dans son histoire en accueillant les opposants des dictatures par exemple, est un pays respecté, admiré et aimé. Cela oblige les femmes et les hommes qui le dirigent. La mission de la France n’est pas de dresser des murs, mais de construire des ponts. Sans nier un seul instant l’ampleur du problème, nous attendons de la France qu’elle se tienne aux côtés de ceux qui agissent.''


Texte complet :
http://sortirdelimpasse.fr/2016/02/23/sdfggsdfg/
pierre
 
Messages: 161
Enregistré le: Dim 18 Sep 2011 15:58

Re: ''Sortir de l'impasse''

Messagepar gerald » Ven 04 Mar 2016 22:22

Dans le même état d’esprit, le philosophe Etienne Balibar publie dans le « Libération » du 2 mars 2016 une tribune intitulée : « Fin de l’Europe : la responsabilité française » où il écrit essentiellement que :

Dans les écrits des derniers jours annonçant la fin de l’Europe, un élément fait terriblement défaut : la contribution spécifique de la France à ce résultat. Il ne faut pas l’isoler sans doute. Mais la passer sous silence est une imposture et une démission de nos responsabilités.

Quand, à la fin de l’été 2015, la chancelière Merkel a pris la décision unilatérale d’accueillir en Allemagne les réfugiés qui fuient les massacres de Syrie et d’autres théâtres de guerre au Moyen-Orient, il y avait deux attitudes possibles : venir renforcer son initiative ou organiser le sabotage. Après quelques tergiversations, le gouvernement français a fait mine d’adopter la première pour pratiquer, en fait, la seconde. Ayant officiellement accepté le plan Juncker de répartition des réfugiés en Europe, la France a tout fait pour que cet accord demeure lettre morte. A ce jour, sur 24 000 réfugiés qu’elle aurait dû accueillir, quelques dizaines l’ont été.

On nous dit que les réfugiés « ne souhaitent pas » venir en France. A supposer que ce soit vrai, on ne se demande pas pourquoi la « terre d’asile » de naguère est devenue si dissuasive pour ceux qui manquent de tout au monde. Que ce lâchage de l’autre grande nation européenne soit de nature à persuader les Allemands qu’ils seront seuls à porter le problème, c’est leur affaire, n’est-ce pas ? Ils n’avaient qu’à ne pas se croire meilleurs que les autres…

C’est leur affaire, sauf que nous essayons aussi de nous en mêler. Le mois dernier, le Premier ministre, Manuel Valls est allé à Munich stigmatiser la politique engagée par Angela Merkel. Le ministre Bernard Cazeneuve, ayant mis en route le processus de démantèlement de la « jungle » de Calais, qui ne manquera pas de rejeter sur les routes des centaines de désespérés, s’étonne de voir la Belgique fermer sa frontière. Oui, l’Europe se décompose chaque jour davantage, et nous y sommes pour quelque chose. Nous en subirons donc les conséquences sur tous les plans : l’honneur, qui commande une part moins négligeable qu’on ne croit de la légitimité historique des constructions politiques, mais aussi la sécurité collective ou la protection des individus, qui sont les conditions de la vie civile. Sauf si, au bord de l’irrémédiable, la conjonction d’un mouvement d’opinion éclairé et d’un réflexe de courage de nos gouvernants amorçait un redressement. Je n’y crois pas trop, j’en formulerai pourtant les deux conditions qui me semble incontournables.

La première, c’est de dire enfin haut et fort que Merkel a eu raison et que son initiative ne doit pas échouer. La question n’est pas de ses motivations. C’est de reconnaître la justesse politique d’une décision, la ligne qu’elle trace entre deux conceptions de l’Europe, et l’importance des responsabilités qui en découle pour nous tous. Après cela, que Merkel paye de son isolement dans les opinions européennes des années de « politique de puissance » et d’imposition de l’austérité en Europe, c’est sûr, mais ce n’est pas la question – et nous n’avons rien à lui envier à cet égard puisque nous l’avons suivie quand il aurait fallu, au contraire lui résister. Le Président français doit donc aller à Berlin cette fois pour la bonne cause : dire le moment historique où nous sommes et appeler solennellement avec l’Allemagne les autres nations européennes à y faire face ensemble dans leur intérêt et pour l’avenir.

La seconde, c’est de refuser immédiatement et activement l’isolement de la Grèce où se déverse la masse des réfugiés – c’est-à-dire son exclusion du système des nations européennes, que le bouclage des frontières depuis la Hongrie et l’Autriche jusqu’à la Macédoine et l’Albanie, est en train de réaliser dans les faits, transformant le pays tout entier en un camp de rétention à ciel ouvert, dans lequel se développeront des violences de toute nature qu’il ne sera plus temps de déplorer quand elles seront devenues incontrôlables. Il ne suffit pas de faire hypocritement la leçon aux voisins balkaniques et aux Grecs eux-mêmes, ou d’aller supplier les Turcs engagés de plus en plus activement dans la guerre du Moyen-Orient ou de charger l’Otan d’une guérilla maritime contre les « passeurs » alors que ce sont des opérations de sauvetage qui s’imposent. Il faut des mesures d’urgence et de grande envergure, comme en d’autres temps de catastrophe collective.

Je rêve, n’est-ce pas ? Non, j’ouvre la discussion. Discutons donc, je vous prie, mais n’attendons pas trop, car le compte à rebours a commencé.

(Prochain ouvrage d’Etienne Balibar à paraître : « Europe, crise et fin ? » aux Editions le Bord de l’Eau.)


-----
gerald
 
Messages: 101
Enregistré le: Dim 06 Nov 2011 18:48


Retourner vers Pauvreté, richesse, revenus et patrimoines

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron