» Pour vous inscrire : Inscription           » Si vous êtes déjà inscrit : Connexion           » Pour nous contacter : Contact

Toute Croissance, Toute puissance, mon cri du coeur

Toute Croissance, Toute puissance, mon cri du coeur

Messagepar benjamin » Ven 27 Juil 2012 22:37

La croissance, La puissance
Pas de croissance, pas de puissance,
n'y aurait-il pas un chemin vers un nouveau mode de société ?

L’Europe déclare être en faveur d’un pacte européen sur la croissance.
Au matin du 30/04/2012, sur France Inter, Mr Barnier nous indique qu’il est évidemment pour une croissance retrouvée qui se ferait, non pas comme Mr Hollande le suggère (tiens d’ailleurs, comment le suggère-t-il ?), mais par un gain de compétitivité en jouant sur le coût du travail. Un salaire bulgare minimum à 138,05 euros, dites-vous ? Une nouvelle baisse des cotisations ?
Bien sûr tout cela résonne et re-sonne faux à nos oreilles de progressistes.
Rappelons que la compétitivité passe par produire plus, plus vite à moindres coûts et que la croissance qui va avec implique généralement un développement des marchés à l’extérieur de produits qui, pour la plupart, ne servent à rien d’autre que de combler un besoin généré par le producteur. (euh… combien avez-vous de gel douche différents là où un savon aurait suffi ?). La croissance c’est également des produits révolutionnaires issus de la recherche, pour lesquels les crédits publics auparavant distribués aux laboratoires, ont été aspirés par l’industrie, parfois sans qu’aucun labo n’en ait vu la couleur. Ainsi vous entendrez parfois le terme de recherche en marketing, en management ou en je ne sais quoi, souvent sur des fonds publics liés au détournement du terme Recherche (avez-vous vu ce dernier packaging innovant ?).
Et pendant ce temps, les décroissants fourbissent leurs arguments, en silence, tout cela n’a pas besoin d’être relayé par un quelconque média. Moi, au petit déjeuner, je préfère le régime décroissant à celui de Mr Barnier.
Euh... Vous irez la chercher où la croissance avec vos dents ? Ce que vous nous dites c’est qu’il faut mettre un pansement sur un tas de carte qui s’écroule au-dessus d’une jambe qui cautérise à peine. Que voulons-nous, devenir des chinois ? Nous embarquerons-nous encore vers un peu plus de spoliation du monde africain (elles sont là-bas les ressources qui permettront de faire de la croissance ) ? Nous allons continuer à nous battre (fight !!) pour être compétitifs ? Contre qui ? Et Pour quoi ?
Alors voici. Il est grand temps de poser les termes sur tables, et d’identifier les endroits où la croissance aura lieu d’être. Il faut briser le dogme croissance=progrès. La croissance, c’est comme tout, comme la consommation de pétrole, comme le sel dans les pâtes, un peu ça va, mais trop, bonjour les dégâts. Du coup, il n’y en a plus, de la croissance. Acceptons cela et voyons ce que nous pouvons faire avec juste du bon sens. Il y a des besoins en interne aux niveaux nationaux, également au niveau européen, même si la lecture à ce niveau me paraît plus complexe.
Le bon sens doit remplacer les dogmes.
Répondons à ces besoins d’activité, même si cela ne rentre pas dans le dogme de la croissance, nous en ferons de la croissance ensuite. C’est aussi simple.
Ainsi, adopter une stratégie de développement local, c’est faire de l’emploi tout en laissant de côté l’industrialisation de masse. Dans le domaine de l’agriculture, par exemple, on sait bien que plusieurs petites exploitations permettent de faire vivre plus d’agriculteurs, de distribuer localement et ainsi diminuer l’impact environnemental néfaste des dizaines d’aller-retours que font nos produits de consommation avant d’arriver dans nos assiettes.
Le bon sens au niveau industriel, c’est simplement de sortir de la compétition, donc d’arrêter de penser compétitivité. Il faut simplement penser partenariat. Aujourd’hui des projets scientifiques permettraient de produire des choses innovantes qui ne voient pas le jour car les industriels se tapent sur la gueule ou au moins se regardent avec la méfiance dans l’œil. Là où ils devraient s’allier, se partager les tâches et les territoires. On irait beaucoup plus vite vers la transition de société qui s’avère nécessaire voire urgente.
Vaut-il mieux faire de la croissance et gérer des ‘inactifs’ (car croissance financière va avec licenciements et donc chômeurs) ou faire de l’activité même si cela n’a pas (à priori) d’impact sur le PIB ?
Qu’il est triste pour les nouvelles générations de n’entendre que les termes chômage, compétitivité et croissance, dans des optiques fallacieuses qui non seulement brouillent les cartes, mais instillent dans les cerveaux des vérités qui font corps alors qu’elles n’en sont pas. (ex : le chômeur profite du système, croissance = emploi…)
Il est temps que le bon sens prenne le pas sur les caduques arithmétiques politico-économiques et cela ne viendra pas sans un renouvellement des gens de pouvoir (économique+politique). Il y a plein de bonnes volontés.
Ainsi, plus que jamais, il faut agir local, les régions sont des alliées de poids dans le développement d’activités rémunérées et nécessaires pour une nouvelle société, et si cela ne rentre pas dans le PIB, alors on n’aura qu’à revoir l’indice de croissance pour coller à la réalité. IL FAUT ARRETER DE CONFORMER LA REALITE AUX DOGMES, CES DERNIERS DOIVENT SE CONFORMER A LA REALITE.
C’est ce que je définis comme la croissance interne. C'est-à-dire qu’au lieu d’être basée sur une conquête de marchés mondiaux, elle se base sur les besoins internes réels (Hôpitaux, services, nouveaux commerces et circuits de distribution de proximité, nouvelles activités industrielles responsables, nouveaux moyens de transports des marchandises responsables, nouveaux centres d’aides aux citoyens tant aux personnes âgées, que celles en difficulté financières, les sans-papiers, les sans-logements). La réponse à ces défis générera certes de l’activité, tout en répondant à des urgences sociétales, et même à n’en pas douter de la croissance (au moins interne). Ainsi, cette vision personnelle de la croissance interne est bien basée sur l’entraide, la coopération et la résolution de maux sociétaux clairement identifiés que je préfère nettement à une croissance externe type compétitivité, je mange des marchés à l’étranger, je t’écrase la gueule et je détruis la planète en faisant des exclus.
Je le répète donc, IL FAUT ARRETER DE CONFORMER LA REALITE AUX DOGMES, CES DERNIERS DOIVENT SE CONFORMER A LA REALITE.
C’est à ce prix que nous nous délivrerons d’un système qui pour l’instant nous opprime (on ne s’en rend vraiment compte que quand on en sort), ou au moins, nous empêche très clairement d’être heureux, souple et actif dans le sens de nos visions morales sociétales, embrigadés que nous sommes, qui dans une banque se gavant sur le dos d’on ne sait qui, qui chez un industriel pollueur, qui dans un camion transportant n’importe quoi n’importe où… Car quel sens prend la vie lorsqu’on vit pour travailler à l’abêtissement du monde, voire sa destruction lente et progressive ? Elle n’en prend tellement pas qu’il ne faut pas vraiment aller chercher plus loin pour comprendre notre niveau de consommation d’anxiolytiques.
Voilà, ça fait du bien d’exprimer son indignation.
Malheureusement, je n’ai pas l’impression que Mr Hollande (et à fortiori le disparu prince Sarkouzoï), ait pris la mesure de la chose, espérons que je me trompe.
Il va falloir prendre les choses à bras le corps, et dès aujourd’hui, je vous propose de refuser de faire ce que vous considérer insane. A la devise aristocratique ‘pour vivre heureux, vivons cachés’, préférons un ‘vivons heureux, soyons nous-même’. Ouvertement, sans conditions. Il ne faudra rien lâcher.
A suivre…
benjamin
 
Messages: 21
Enregistré le: Sam 26 Nov 2011 18:30

Re: Toute Croissance, Toute puissance, mon cri du coeur

Messagepar pierre » Dim 29 Juil 2012 22:10

D'accord sur le fond, mais pour éviter, de mon point de vue, l'ambigüité, je précise : sans dogmes car ils ont fait, font et feront trop de mal.

C'est la façon dont je veux interpréter la phrase "ARRETER DE CONFORMER LA REALITE AUX DOGMES, CES DERNIERS DOIVENT SE CONFORMER A LA REALITE" :
lorsqu'on tend vers la réalité, les dogmes s'estompent ...
pierre
 
Messages: 161
Enregistré le: Dim 18 Sep 2011 15:58


Retourner vers Economie et société

 


  • { RELATED_TOPICS }
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron