» Pour vous inscrire : Inscription           » Si vous êtes déjà inscrit : Connexion           » Pour nous contacter : Contact

" L'homme, cet animal suicidaire peint par Jared Diamond "

" L'homme, cet animal suicidaire peint par Jared Diamond "

Messagepar voxpop » Lun 01 Oct 2012 13:55

Frédéric Joignot, sur Le Monde.fr du 27 septembre 2012, se fait l'écho des thèses de Jared Diamond, professeur de géographie de l'UCLA, biologiste évolutionniste réputé, " qui fait à nouveau parler de lui après l'échec du Sommet de la Terre, cet été à Rio, où aucune mesure n'a été prise pour rendre notre planète plus durable. "

Extraits :
" Avec Diamond, il devient impossible de séparer l'aventure humaine de la géographie, de comprendre le développement et le déclin des sociétés sans tenir compte des ressources naturelles des pays, de leur exploitation et de leur dégradation. Ecoutons-le : "On ne peut s'imaginer pourquoi ce ne sont pas les Indiens d'Amérique du Nord qui ont conquis l'Europe avec des caravelles portant mousquets et canons ou pourquoi les Aborigènes australiens n'ont pas dominé l'Asie sans comparer les richesses agricoles de ces régions, les animaux qui y vivent, la lenteur avec laquelle s'est implantée l'agriculture, puis la pensée technicienne et la gestion des ressources."
(...)
Diamond a dégagé de ses études des "collapsus" (du latin lapsus, "la chute") "cinq facteurs décisifs", qu'il dit retrouver dans chaque effondrement, et parle d'un "processus d'autodestruction la plupart du temps inconscient". Quels sont ces facteurs ? Un : les hommes infligent des dommages irréparables à leur environnement, épuisant des ressources essentielles à leur survie. Deux : un changement climatique perturbe l'équilibre écologique, qu'il soit d'origine naturelle ou issu des suites des activités humaines (sécheresse, désertification). Trois : la pression militaire et économique de voisins hostiles s'accentue du fait de l'affaiblissement du pays. Quatre : l'alliance diplomatique et commerciale avec des alliés pourvoyant des biens nécessaires et un soutien militaire se désagrège. Cinq : les gouvernements et les élites n'ont pas les moyens intellectuels d'expertiser l'effondrement en cours, ou bien l'aggravent par des comportements de caste, continuant à protéger leurs privilèges à court terme.
(Jarek Diamond) dresse une longue liste des dommages écologiques qui menacent à court terme la biosphère : la crise de l'eau potable, qui concerne un milliard de personnes, tandis que les nappes phréatiques baissent ; la destruction des marais, des mangroves, des récifs de corail, des pépinières naturelles ; la disparition massive des grosses espèces de poissons marins, la dévastation des fonds des océans ; la désertification des sols et le recul des dernières grandes forêts dans les zones tropicales ; le massacre du fait des défoliants de quantité d'espèces utiles comme les insectes pollinisateurs, les bactéries des sols, les vers de terre, les oiseaux : "C'est comme si on retirait au hasard des petits rivets dans l'assemblage d'un avion", commente-t-il. Enfin, l'incertitude sur l'amplitude du réchauffement terrestre l'inquiète beaucoup : "Nous ne savons rien d'éventuels nouveaux changements climatiques consécutifs à la modification de la circulation océanique comme à la fonte de la couverture glaciaire."
(Les) critiques sur son pessimisme, Jared Diamond les écarte : "On oublie le sous-titre de mon livre : 'Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie'. Nous avons encore le choix... Dans Effondrement, je décris plusieurs sociétés qui ont su déjouer les drames environnementaux, comme les Japonais sauvant leurs forêts à l'époque d'Edo et les Néerlandais avec leurs polders. D'où ma métaphore : 'Nous devons penser la planète comme un polder.'"
Il fait cette comparaison : "Le Kenya a une population qui croît de plus de 4 % par an. C'est un problème pour les 30 millions d'habitants de ce pays qui souffrent de malnutrition, mais pas un fardeau pour le reste du monde, car les Kenyans consomment peu. Le problème, ce sont les 300 millions d'Américains qui, chacun, consomment autant que 32 Kenyans. Ils font payer l'addition à tout le monde : émissions, réchauffement, déforestation, élevage de masse."
Et si du fait de l'essor de la Chine, de l'Inde et d'autres pays, la consommation mondiale augmentait onze fois, cela équivaudrait, conclut Jared Diamond, à l'équivalent d'une population mondiale de 72 milliards d'habitants. "Les optimistes pensent que nous pourrions vivre à 9,5 milliards sur Terre, mais le pourrions-nous à 72 milliards ? Non, les ressources terrestres n'y suffiraient pas..." "


Pour accéder à l'article complet :
http://abonnes.lemonde.fr/culture/article/2012/09/27/l-homme-animal-suicidaire_1766966_3246.html
voxpop
 
Messages: 304
Enregistré le: Ven 24 Fév 2012 11:41

Re: "L'homme, cet animal suicidaire peint par Jared Diamond "

Messagepar scripta manent » Jeu 08 Aoû 2013 14:55

Un écho du Monde.fr, du 6 août 2013, évoque un article de la revue Science, qui apporte de l'eau au moulin de Jared Diamond :
" La revue américaine Science publie une étude (en anglais) qui établit un lien entre le changement climatique (réchauffement, très fortes pluies) et les conflits armés. L'influence du climat sur les guerres et les luttes est "considérable", selon la revue. "

Résumé de l'article, par la revue Science :
" A rapidly growing body of research examines whether human conflict can be affected by climatic changes. Drawing from archaeology, criminology, economics, geography, history, political science, and psychology, we assemble and analyze the 60 most rigorous quantitative studies and document, for the first time, a remarkable convergence of results. We find strong causal evidence linking climatic events to human conflict across a range of spatial and temporal scales and across all major regions of the world. The magnitude of climate's influence is substantial: for each 1 standard deviation (1σ) change in climate toward warmer temperatures or more extreme rainfall, median estimates indicate that the frequency of interpersonal violence rises 4% and the frequency of intergroup conflict rises 14%. Because locations throughout the inhabited world are expected to warm 2 to 4σ by 2050, amplified rates of human conflict could represent a large and critical impact of anthropogenic climate change. "
Il en ressort donc qu'une soixantaine d'études jugées sérieuses établiraient un fort lien de cause à effet entre les changements climatiques (températures, pluies ...), d'origine naturelle ou humaine, et les conflits entre individus ou groupes d'individus. Chaque hausse de 1% de la température ou des fortes précipitations entrainerait une hausse de 4 % des violences entre personnes et de 14 % des violences entre groupes.
Rappelons que l'on parle pour 2050 d'une hausse des températures qui se situerait entre 2 et 4 %.
On peut malheureusement penser qu'il y a effectivement une logique derrière tout cela : luttes pour l'eau, pour les terres cultivables, ou simplement habitables ...

Pour accéder au site de la revue Science : Science
scripta manent
Site Admin
 
Messages: 330
Enregistré le: Mer 06 Juil 2011 11:35


Retourner vers Environnement

 


  • { RELATED_TOPICS }
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron