» Pour vous inscrire : Inscription           » Si vous êtes déjà inscrit : Connexion           » Pour nous contacter : Contact

De Gaulle et la candidature de la Grande-Bretagne pour rejoindre le marché commun

Citations de personnalités. Il est ouvert un sujet par personnalité ayant fait l'objet d'au moins une citation

De Gaulle et la candidature de la Grande-Bretagne pour rejoindre le marché commun

Messagepar agénor » Dim 26 Juin 2016 13:25

Extrait d'une transcription par l'INA de la conférence de presse de De Gaulle du 14 janvier 1963, dans lequel il évoque les considérations en jeu vis-à-vis de la candidature de la Grande-Bretagne pour rejoindre le marché commun.
Au-delà de ce qu'il évoque des difficultés liées à l'entrée de la Grande-Bretagne elle-même - sa candidature intervenant après une phase pendant laquelle elle avait d'ailleurs tout fait pour saboter le projet des 6 membres fondateurs - De Gaulle fait preuve d'une vraie vision sur ce qu'impliquera l'élargissement de ce qui n'était pourtant à l'époque qu'un "marché commun".

On notera aussi - même s'il était habituel à l'époque de s'exprimer ainsi - que De Gaulle parle surtout de "l'Angleterre", comme si les autres nations du Royaume-Uni n'avaient pas voix au chapitre. Ce que les résultats du Brexit pourraient d'ailleurs a posteriori donner l'impression de confirmer.

Enfin, il est tentant de se demander rétrospectivement s'il n'eut pas été effectivement plus sage d'attendre que "l'Angleterre" ait vraiment eu envie de participer à la construction européenne avant de l'admettre au sein du marché commun.

Moi je crois que quand on parle d'économie et à plus forte raison quand on en fait, il faut que ce que l'on dit, ce que l'on fait soit conforme aux réalités parce que sans ça on va à des impasses et même des fois on va à la ruine. Dans cette très grande affaire de la communauté économique européenne et aussi dans celle de l'adhésion éventuelle de la Grande-Bretagne, ce sont les faits qu'il faut d'abord considérer. Les sentiments, si favorables qu'ils puissent être ou qu'ils soient, ces sentiments ne sauraient être invoqués à l'encontre des données réelles du problème. Quelles sont ces données ? Le traité de Rome a été conclu entre six Etats continentaux. Des Etats qui économiquement parlant sont, on peut le dire, de même nature. En effet, qu'il s'agisse de leurs productions, industrielle ou agricole ou bien de leurs échanges extérieurs ou bien de leurs habitudes, et de leurs clientèles commerciales, ou bien de leurs conditions de vie et de travail, il y a entre eux beaucoup plus de ressemblances que de différences. D'ailleurs ils sont contigus et ils s'interpénètrent, ils se prolongent les uns les autres par leurs communications, et c'est donc un fait que de les grouper, et de les lier entre eux de telle façon que ce qu'ils ont à produire, à acheter, à vendre, à consommer, et bien ils le produisent, l'achètent, le vendent, le consomment de préférence dans leur propre ensemble, ça c'est conforme aux réalités. Il faut ajouter d'ailleurs qu'au point de vue de leur développement économique, de leur progrès social, de leur capacité technique, ils sont, en somme, du même pas. Et ils marchent d'une façon fort analogue. Encore se trouve-t-il qu'il n'existe entre eux aucune espèce de griefs politiques, aucune question de frontière, aucune rivalité de domination, de puissance. Et puis au contraire, ils sont solidaires, ils se sentent solidaires. Au point de vue, d'abord de la conscience qu'ils ont de détenir ensemble une part importante des sources de notre civilisation. Et aussi quant à leur sécurité, parce qu'ils sont des continentaux et qu'ils ont devant eux une seule et même menace d'un bout à l'autre de leur ensemble territorial et puis enfin ils sont solidaires par le fait qu'aucun d'entre eux n'est lié au dehors par aucun accord politique, ni militaire particulier. Alors il a été psychologiquement et matériellement possible de faire une communauté économique des six. D'ailleurs ça n'a pas été sans peine quand le traité de Rome a été signé en 1957, c'était après de longues discussions. Et quand il fut conclu pour qu'on puisse réaliser quelque chose il fallait que nous autres Français, nous mettions en ordre dans les domaines économiques, financiers, monétaires, etc. Et ça a été fait en 1959. A partir de ce moment-là la Communauté était en principe viable mais il fallait alors appliquer le traité. Or ce traité qui était assez précis, assez complet à propos de l'industrie, ne l'était pas du tout au sujet de l'agriculture. Et cependant pour notre pays il fallait que ce fût réglé. Il est bien évident en effet que dans l'ensemble de notre activité nationale, l'agriculture est un élément essentiel. Nous ne pouvons pas concevoir et nous ne voulons pas concevoir un autre marché commun dans lequel l'agriculture française ne trouvera pas des débouchés à la mesure de sa production. Et nous convenons d'ailleurs que parmi les six, nous sommes le pays pour lequel cette nécessité-là s'impose de la manière la plus impérative. C'est pourquoi quand en janvier dernier on pensa à mettre en oeuvre la deuxième phase du traité. Autrement dit, un commencement pratique de l'application. Nous avons été amenés à poser comme condition formelle l'entrée de l'agriculture dans le marché commun. Cela fut finalement accepté par nos partenaires. D'ailleurs il y fallut des arrangements très complexes et très difficiles et encore certains règlements sont toujours en cours. Là-dessus, la Grande-Bretagne a posé sa candidature au Marché Commun. Elle l'a fait après s'être naguère refusée à participer à la Communauté qu'on était en train de bâtir. Et puis ensuite après avoir créé une zone de libre échange avec six autres Etats, et puis enfin après avoir, je peux bien le dire, on se rappelle les négociations qui ont été menées si longuement à ce sujet, après avoir fait quelques pressions sur les six, pour empêcher que ne commence réellement l'application du marché commun. Enfin l'Angleterre a demandé à son tour à y entrer mais suivant ses propres conditions. Cela pose sans aucun doute à chacun des six Etats et ça pose à l'Angleterre des problèmes d'une très grande dimension. L'Angleterre, en effet elle, est insulaire. Elle est maritime. Elle est liée par ses échanges, ses marchés, ses ravitaillements aux pays les plus divers, et souvent les plus lointains. Elle exerce une activité essentiellement industrielle et commerciale, et très peu agricole. Elle a dans tout son travail des habitudes et des traditions très marquées, très originales. Bref, la nature, la structure qui sont propres à l'Angleterre diffèrent profondément de celle des continentaux. Comment faire pour que l'Angleterre telle qu'elle vit, telle qu'elle produit, telle qu'elle échange, soit incorporée au Marché commun tel qu'il a été conçu et tel qu'il fonctionne. Par exemple, les moyens par lesquels se nourrit le peuple de la Grande-Bretagne et qui est en fait l'importation de denrées alimentaires achetées à bon marché dans les deux Amériques. ou dans les anciens Dominions, tout en donnant, en accordant des subventions considérables aux agriculteurs anglais. Ce moyen-là est évidemment incompatible avec le système que les six ont établi tout naturellement pour eux-mêmes. Le système des six ça consiste à faire tout avec les produits agricoles de toute la Communauté. A fixer rigoureusement leur prix. A interdire qu'on les subventionne. A organiser leur consommation entre tous les participants. Et à imposer à chacun de ces participants de verser à la Communauté toute économie qu'il ferait en faisant venir du dehors des aliments au lieu de manger ce qu'offre le marché commun. Encore une fois, comment faire entrer l'Angleterre telle qu'elle est dans ce système-là. On a pu croire, parfois que nos amis Anglais, en posant leur candidature sur le Marché Commun acceptaient de se transformer eux-mêmes au point de s'appliquer toutes les conditions qui sont acceptées et pratiquées par les six. Mais la question est de savoir si la Grande-Bretagne actuellement peut se placer avec le Continent et comme lui à l'intérieur d'un tarif qui soit véritablement commun. De renoncer à toutes préférences à l'égard du Commonwealth. De cesser de prétendre que son agriculture soit privilégiée. Et encore, de tenir pour caducs les engagements qu'elle a pris avec les pays qui ont fait partie, qui faisaient partie, ou qui font partie de sa zone de libre échange. Cette question-là c'est toute la question. On ne peut pas dire qu'elle soit actuellement résolue. Est-ce qu'elle le sera un jour ? Seule évidemment l'Angleterre peut répondre. La question est posée d'autant plus qu'à la suite de l'Angleterre, d'autres Etats qui sont, je le répète, liés à elle par la zone de libre échange, pour les mêmes raisons que la Grande-Bretagne voudraient ou voudront entrer dans le Marché Commun, il faut convenir que l'entrée de la Grande-Bretagne d'abord et puis ceux de ces Etats-là changera complètement l'ensemble des ajustements, des ententes, des compensations, des règles qui ont été établis déjà entre les six, parce que tous ces Etats comme l'Angleterre ont de très importantes particularités. Alors c'est un autre marché commun dont on devrait envisager la construction. Mais celui qu'on bâtirait à onze. Et puis à treize. Et puis peut-être à dix-huit. Elle ne ressemblerait guère sans aucun doute à celui qu'ont bâti les six. D'ailleurs cette Communauté s'accroissant de cette façon verrait se poser à elle tous les problèmes de ces relations économiques avec toute sorte d'autres Etats et d'abord avec les Etats-Unis. Il est à prévoir que la cohésion de tous ses membres qui seraient très nombreux, très divers n'y résisterait pas longtemps. Et qu'en définitive il apparaîtrait une Communauté Atlantique colossale sous dépendance et direction américaine, et qui aurait tôt fait d'absorber la Communauté de l'Europe. C'est une hypothèse qui peut parfaitement se justifier aux yeux de certains, mais ce n'est pas du tout ce qu'a voulu faire et ce que fait la France et qui est une construction proprement européenne. Alors il est possible qu'un jour, l'Angleterre parvienne à se transformer elle-même suffisamment pour faire partie de la Communauté européenne sans restriction, sans réserve et de préférence à quoi que ce soit. Et dans ce cas-là les six lui ouvriraient la porte et la France n'y ferait pas d'obstacle bien qu'évidemment la simple participation de l'Angleterre à la Communauté changerait considérablement sa nature et son volume. Il est possible aussi que l'Angleterre n'y soit pas encore disposée et c'est bien là ce qui paraît résulter des longues, si longues, si longues conversations de Bruxelles. Mais si c'est le cas, il n'y a rien là qui puisse être dramatique. D'abord, quelque décision que prenne finalement l'Angleterre à cet égard, il n'y a aucune raison pour que soient changés, en ce qui nous concerne, les rapports que nous avons avec elle. Et la considération, le respect qui sont dus à ce grand Etat, à ce grand peuple n'en seront pas altérés le moins du monde. Ce que l'Angleterre a fait à travers les siècles dans le monde est reconnu comme immense, bien qu'il y eut souvent des conflits avec la France. La participation glorieuse de la Grande-Bretagne à la victoire qui couronna la première guerre mondiale, nous Français, nous l'admirerons toujours. Et alors, quant au rôle qu'a joué l'Angleterre dans le moment le plus dramatique et décisif de la deuxième guerre mondiale, nul n'a le droit de l'oublier. En vérité le destin du monde libre est d'abord le nôtre et même celui des Etats-Unis et celui de la Russie ont dépendu dans une large mesure de la résolution de la solidité du courage du peuple anglais tel que Churchill a su les mettre en oeuvre. Et actuellement personne ne peut contester la capacité et la valeur britannique. Alors je le répète, si les négociations de Bruxelles ne devaient pas actuellement aboutir, et bien rien n'empêcherait que soit conclu entre le Marché commun et la Grande-Bretagne un accord d'association de manière à sauvegarder les échanges. Et rien n'empêcherait non plus que ce soient maintenues les relations étroites de l'Angleterre et de la France. Et que se poursuive et se développe leur coopération directe dans toute espèce de domaine et notamment scientifique, technique et industriel, comme d'ailleurs les deux pays viennent de le prouver en décidant de construire ensemble l'avion supersonique Concorde. Enfin, il est très possible que l'évolution propre à la Grande-Bretagne et l'évolution de l'univers portent peu à peu les Anglais vers le Continent. Quels que soient les délais que puisse demander l'aboutissement. Et pour ma part c'est ça que je crois volontiers. Et c'est pourquoi, à mon avis, de toute manière ce sera un grand honneur pour le Premier ministre britannique, pour mon ami Monsieur Harold Macmillan et pour son gouvernement, d'avoir discerné cela d'aussi bonne heure. D'avoir eu assez de courage politique pour le proclamer et d'avoir fait faire les premiers pas à leur pays dans la voie qui un jour peut-être le conduira à s'amarrer au continent.
agénor
Site Admin
 
Messages: 287
Enregistré le: Mer 06 Juil 2011 11:12

Retourner vers Ils ont dit ...

 


  • { RELATED_TOPICS }
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron