» Pour vous inscrire : Inscription           » Si vous êtes déjà inscrit : Connexion           » Pour nous contacter : Contact

Pour l'Europe, le FMI veut de l'austérité ... et de la croissance

Textes et données d'approche générale de la crise

Pour l'Europe, le FMI veut de l'austérité ... et de la croissance

Messagepar scripta manent » Dim 05 Mai 2013 20:22

Au lendemain des manifestations du 1er mai 2013 contre l'austérité, Christine Lagarde, directrice générale du FMI, a tenu à rappeler qu'il " n'y avait pas d'alternative à l'austérité. "
Voila qui mettra du baume au coeur de tous ceux qui souffrent quotidiennement des effets de cette désormais trop célèbre " austérité ".

Cette déclaration a été faite au cours d'un entretien accordé à la télévision suisse romande, dont Le Monde.fr du 2 mai s'est fait l'écho.

Extraits, concernant l'Europe :
" Mme Lagarde a ajouté que "la situation est difficile" et qu'il faut à la fois observer "une discipline budgétaire" et "favoriser les éléments de croissance", afin de promouvoir les "investissements et l'emploi". "Refaire des déficits" n'est pas une option envisageable, a-t-elle dit, au même titre qu'une "politique de relance, car cela signifie plus de dettes". "
Alors même que la politique monétaire a trouvé ses limites (les abondantes liquidités injectées par les banques centrales n'ont pas nourri l'économie réelle et on peut craindre qu'elles alimentent de nouvelles bulles spéculatives), le FMI exhorte donc les Etats à la croissance, mais sans politique de relance et tout en les encourageant à serrer les budgets. Bonne chance à tous !
Ce faisant, il ignore les erreurs de ses propres analystes, qui ont sous-estimé l'effet dévastateur sur l'économie d'un redressement budgétaire trop brutal.

La réalité est qu'il faudrait aujourd'hui - tout en poursuivant la chasse aux dépenses publiques inutiles, somptuaires, purement électoralistes ou de copinage, vaste chantier ! - engager de grands programmes d'investissement (énergies nouvelles, transports collectifs, recherche et innovation ...) et de services publics de qualité. C'est ainsi que l'on pourrait, à la fois, relancer l'activité et planifier un avenir social qui ne serait plus exclusivement soumis au "fondamentalisme marchand" (selon l'expression de Joseph Stiglitz).

Mais aujourd'hui, on jette le bébé avec l'eau du bain : le laxisme réel de la dépense publique dans certains domaines a entrainé un large discrédit de l'Etat en général et de la dépense publique en particulier. Les dévôts de l'ultralibéralisme s'engouffrent dans cette brèche pour continuer à réclamer toujours "moins d'Etat".

Ils ont tort : l'objectif premier du moment ne devrait pas être de réduire à marches forcées le déficit budgétaire. Il devrait être d'orienter la dépense pour qu'elle ait l'impact maximum sur la relance, l'emploi et le bien-être collectif. C'est comme cela aussi que l'on agirait le plus utilement pour rééquilibrer les comptes de la nation.
C'est à cette réorientation que l'Union européenne devrait s'employer, mais il faudrait pour cela revenir sur quelques décennies d'intoxication idéologique en faveur des "marchés".

Pour accéder à l'article du Monde : Christine Lagarde prêche l'austérité
scripta manent
Site Admin
 
Messages: 330
Enregistré le: Mer 06 Juil 2011 11:35

Retourner vers Analyses et informations

 


  • { RELATED_TOPICS }
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron