» Pour vous inscrire : Inscription           » Si vous êtes déjà inscrit : Connexion           » Pour nous contacter : Contact

Un rapport de l'Assemblée nationale lève le voile sur les réalités financières du nucléaire

Un rapport de l'Assemblée nationale lève le voile sur les réalités financières du nucléaire

Messagepar scripta manent » Mar 12 Aoû 2014 12:52

Un article du 10 juin 2014 du Monde.fr, signé Marie-Béatrice Baudet et Jean-Michel Bezat, fait état d'un rapport d'une commission d'enquête parlementaire sur les coûts de la filière nucléaire.
Le titre de l'article donne le ton : " Les députés demandent à l'Etat de prendre en main la filière nucléaire. "
(rappelons que l'Etat détient 80 % du capital d'EdF)

Extraits :
" (...) Les députés font deux recommandations majeures : l'Etat doit reprendre la main et ne pas laisser EDF seul à la manœuvre ; il doit lever les incertitudes sur la durée de vie des 58 réacteurs et le financement de la filière jusqu'au retraitement des combustibles usés et à l'enfouissement des déchets. (...)
Le pilotage de l'Etat est d'autant plus nécessaire que la commission se dit « préoccupée » par une forme de dérive financière de la filière électro-nucléaire : coût d'exploitation, mur d'investissement, amélioration de la sûreté, érosion de la rentabilité, coût croissant de l'EPR…).
Selon la Cour des comptes, sollicitée par les députés pour réactualiser ses chiffrages, une prolongation de la durée de vie des 58 réacteurs à quarante ans coûterait 110 milliards d'euros courants d'ici à 2033. Davantage si l'autorité de sûreté nucléaire (ASN) durcit les règles. Il faudrait ajouter 3 milliards par an pendant vingt ans s'ils étaient prolongés à soixante ans. La commission dénonce aussi les « incertitudes » sur le coût du mégawattheure (MWh) produit par le réacteur de troisième génération EPR. L'exemple britannique des deux EPR d'Hinkley Point (114 euros par MWh) montre que le prix de l'électricité sera deux fois plus élevé que celui des centrales actuelles. (...)
Actuellement, la responsabilité d'EDF est financièrement plafonnée. C'est l'Etat qui supporte la quasi-intégralité du risque lié à un accident nucléaire, que n'exclut pas l'ASN. L'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a évalué le coût d'une catastrophe majeure à 450 milliards d'euros, soit dix années de croissance économique. Les députés jugent que cette assurance « gratuite » de l'Etat constitue une « forme de subvention » qui mérite d'être intégrée dans le coût de l'énergie nucléaire. Ceci afin de pouvoir établir une comparaison précise des coûts de l'atome vis-à-vis des autres énergies – au même titre, pointe le rapport, que l'impact sur le changement climatique devrait être internalisé au coût des énergies fossiles.
"

Ce rapport, qui devrait faire date, a été adopté, à une courte majorité, par l'Assemblée nationale.

Pour accéder à l'article complet et aux commentaires qu'il a suscités : Le Monde.fr
scripta manent
Site Admin
 
Messages: 330
Enregistré le: Mer 06 Juil 2011 11:35

Retourner vers Environnement

 


  • { RELATED_TOPICS }
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron