» Pour vous inscrire : Inscription           » Si vous êtes déjà inscrit : Connexion           » Pour nous contacter : Contact

Michel Rocard-un Européen à contre-courant

Citations de personnalités. Il est ouvert un sujet par personnalité ayant fait l'objet d'au moins une citation

Michel Rocard-un Européen à contre-courant

Messagepar gerald » Dim 10 Juil 2016 19:16

Michel Rocard- un Européen à contre-courant »

Parmi les articles parus en hommage à Michel Rocard, décédé le 2 juillet 2016, on peut citer celui de Jean Quatremer, correspondant de Libération à Bruxelles paru le 4 juillet.

Extraits :

« Si les Britanniques sortaient de l’Union européenne, je titrerais « hourra », lance, provocateur, Michel Rocard en mai 2015, à rebrousse-poil de l’ensemble de la classe politique. Il aura eu la satisfaction, avant de mourir, de voir ce « Brexit » qu’il appelait de ses vœux depuis longtemps. Aux yeux de ce fédéraliste convaincu, le Royaume-Uni est l’empêcheur d’approfondir en rond… Michel Rocard est en réalité sur la même ligne que son ami socialiste Jacques Delors, ancien président de la Commission européenne (1985-1995) qui souhaite que l’Union propose à Londres « une autre forme de partenariat ».

Ce n’est pas la seule vision iconoclaste que Rocard partage avec Delors. Sur la Turquie, les deux hommes militent de concert pour une adhésion d’Ankara à l’Union. En 2008, ...l’ancien Premier ministre explique que cela permettrait de stabiliser les frontières européennes et le Proche-Orient en empêchant ce pays de sombrer dans le nationalisme, sécuriserait l’approvisionnement énergétique de l’Union, élargirait le marché unique et éviterait le choc des civilisations.

Reste que Michel Rocard n’a jamais réellement pesé sur le débat européen, à la différence d’un Joschka Fischer, ancien ministre allemand des Affaires étrangères. Lorsque Rocard était Premier ministre, le sujet faisait partie du « domaine réservé » de François Mitterrand. Au Parlement européen, où il a siégé entre 1994 et 2009, il s’est concentré sur des sujets techniques et sur les relations extérieurs de l’Union, vivant plutôt son poste d’eurodéputé comme un exil intérieur.

Un autre article, signé Erwan Cario, dans le même numéro du journal rend hommage aux activités de Rocard au Parlement européen en tant que rapporteur un peu malgré lui au parlement de 2002 à 2005 pour un projet de directive de la Commission sur le droit des logiciels. C’est un sujet auquel il ne connaît rien, mais il enchaîne auditions et conférences pour en comprendre les enjeux. « Il se trouve alors au milieu d’une guerre de tranchées qui oppose « les jeunes prophètes, souvent barbus des logiciels libres » comme il les décrit affectueusement, et les grands industriels du logiciel, soutenus par les conservateurs du Parti populaire européen, alors majoritaires. En 2005, la directive est retoquée. C’est une victoire fondatrice pour les militants du libre en Europe, et un sujet qui va devenir une spécialité inattendue pour Rocard. En conclusion de sa préface au Droit des Logiciels, livre de François Pellegrini et Sébastien Canevet, il évoquait ainsi l’économie du partage alors émergente : « A bien des titres, l’élaboration du droit des logiciels fait émerger les principes juridiques de l’élaboration sociale de demain. Il vaut la peine de s’y frotter».
____
gerald
 
Messages: 101
Enregistré le: Dim 06 Nov 2011 18:48

Retourner vers Ils ont dit ...

 


  • { RELATED_TOPICS }
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron