» Pour vous inscrire : Inscription           » Si vous êtes déjà inscrit : Connexion           » Pour nous contacter : Contact

Selon l'OCDE, " des mesures urgentes doivent être prises pour lutter contre la montée des inégalités et les fractures sociales "

Informations, statistiques et opinions sur la répartition des revenus et patrimoines,

Selon l'OCDE, " des mesures urgentes doivent être prises pour lutter contre la montée des inégalités et les fractures sociales "

Messagepar voxpop » Mar 18 Mar 2014 22:18

Des mesures urgentes doivent être prises pour lutter contre la montée des inégalités et les fractures sociales, estime l’OCDE, dans un rapport du 18 mars 2014.

Nous reproduisons ci-après le résumé de cette note :

" Les inégalités de revenu et les fractures sociales pourraient s’aggraver et se pérenniser, à moins que les gouvernements n’agissent rapidement pour apporter un soutien accru aux plus vulnérables, selon un nouveau rapport de l’OCDE.
Panorama de la société 2014 indique que, malgré l’amélioration graduelle de l’économie mondiale, la consolidation budgétaire en cours à moyen terme dans de nombreux pays posera des difficultés pour lutter contre les conséquences sociales de la crise.
Les dépenses publiques en faveur des prestations d’invalidité, des allocations familiales et des allocations chômage ont augmenté dans les premiers temps de la crise, mais ces secteurs sont aujourd’hui sous pression. Le champ couvert par ces dispositifs est aussi un enjeu : si les programmes de protection sociale ont aidé à atténuer l’impact de la crise pour de nombreuses personnes, d’autres personnes n’ont guère été aidées, voire n’ont bénéficié d’aucun soutien, en particulier dans l’Europe du Sud.
Les gouvernements doivent envisager toutes nouvelles coupes dans les dépenses sociales avec beaucoup de prudence, estime l’OCDE. Cela pourrait aggraver les difficultés des plus vulnérables et mettre à mal la cohésion sociale future. Si l'engagement à long terme de restaurer les finances publiques doit être maintenu afin de créer la confiance, il ne peut pas se produire au détriment de la montée des inégalités et des disparités sociales.
« La reprise économique ne suffira pas, à elle seule, pour faire disparaître les fractures sociales et aider les personnes les plus durement touchées par la crise à rebondir », a déclaré le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría. « Les gouvernements doivent mettre en place des mesures sociales plus efficaces pour aider leurs citoyens à affronter les crises futures. Ils doivent aussi éviter de céder à la facilité et persévérer dans leurs efforts de réforme au moment où la récession s’éloigne ».
Les gouvernements doivent cibler les dépenses sociales et les investissements sur ceux qui en ont le plus besoin, estime l’OCDE. Les coupes indifférenciées dans les transferts sociaux sont à éviter. C’est le cas, en particulier, pour les allocations logement et les prestations au titre des enfants ou de la famille car ces prestations apportent souvent une aide vitale aux familles d’actifs pauvres et aux parents isolés. En réduisant les dépenses en faveur des investissements sociaux aujourd’hui, on pourrait nuire au développement des enfants à long terme et compromettre les chances d’emploi des individus et leurs perspectives de bien-être à l’avenir.
Panorama de la société 2014 met en lumière l’impact de la crise à l’aide de toute une palette d’indicateurs :
• Le nombre de personnes vivant dans des ménages qui ne perçoivent aucun revenu d’activité a doublé en Espagne, en Grèce et en Irlande, et s’est accru de 20 % ou plus en Estonie, aux États-Unis, en Italie, en Lettonie, au Portugal et en Slovénie.
• Les ménages pauvres ont vu leurs revenus diminuer plus fortement, proportionnellement, que les ménages aisés et ils ont moins profité de la reprise –– en particulier en Espagne, en Estonie, en Grèce, en Irlande et en Italie.
• Les jeunes sont davantage exposés qu’avant la crise au risque de pauvreté : la part des 18‑25 ans vivant dans des ménages dont le revenu est inférieur au revenu médian national a augmenté dans la plupart des pays –– de 5 points de pourcentage en Espagne, en Estonie et en Turquie ; de 4 points en Irlande et au Royaume-Uni ; et de 3 points en Grèce et en Italie.
• La part des personnes qui déclarent qu’elles n’ont pas les moyens d’acheter suffisamment de nourriture a augmenté dans 23 pays, en particulier en Grèce et en Hongrie, mais aussi aux États-Unis.
• Les taux de fécondité ont baissé davantage encore depuis la crise, aggravant les défis démographiques et budgétaires liés au vieillissement. Alors qu’il était orienté à la hausse depuis 2000, atteignant 1.75 enfant par femme en 2008, le taux de fécondité est retombé à 1.70, la baisse des revenus et les incertitudes amenant peut-être un plus grand nombre de couples à différer un projet d’enfant ou à avoir moins d’enfants.
• S’il est trop tôt pour mesurer les effets à long terme de la crise sur la santé des populations, on sait que le chômage et les difficultés économiques contribuent à divers problèmes de santé, favorisant notamment la maladie mentale.
• Les dépenses en faveur de l’éducation en proportion du PIB ont diminué dans la moitié des pays de l’OCDE depuis le début de la crise, en particulier en Estonie, aux États-Unis, en Hongrie, en Islande, en Italie, en Suède et en Suisse. Cette baisse aura avant tout un impact sur les plus pauvres au sein de la société, observe l’OCDE et, à long terme, cela pourrait entraîner une moindre participation à l’éducation, de moindres performances et moins de mobilité ascendante pour les enfants issus de familles à bas revenu.
De leur côté, les grandes économies de marché émergentes ont intensifié leur action en faveur de la redistribution, dans le cadre de stratégies visant à réduire la pauvreté et les inégalités, et elles peuvent tirer des enseignements de l’expérience récente des pays de l’OCDE.
Panorama de la société donne une vue d’ensemble des tendances sociales et de l’évolution des politiques publiques dans les pays de l’OCDE et dans certains pays non membres à l’aide d’indicateurs émanant de l’OCDE et d’autres sources.
"

Les données et les notes par pays peuvent être consultées à l’adresse : Données et notes détaillées

Ce thème et cette prise de position ne sont pas nouveaux pour l'OCDE. Cf notamment : L'OCDE appelle à la réduction des inégalités, en février 2012 et OCDE :Les plus défavorisés sont les plus touchés par la crise en mai 2013.
Notons tout de même que l'OCDE n'a pas toujours été " de ce côté de la doctrine ", notamment lorsque, en 1996, elle prônait l'austérité en douce
voxpop
 
Messages: 304
Enregistré le: Ven 24 Fév 2012 11:41

Re: Selon l'OCDE, " des mesures urgentes doivent être prises pour lutter contre la montée des inégalités et les fractures sociales "

Messagepar causonsen » Lun 25 Mai 2015 22:17

L'OCDE persiste et signe, avec un rapport publié le 21 mai 2015 : " In It Together: Why Less Inequality Benefits All " (Tous concernés : Pourquoi moins d'inégalités profiterait à tous).

Résumé par l'OCDE :
" The gap between rich and poor keeps widening. Growth, if any, has disproportionally benefited higher income groups while lower income households have been left behind. This long-run increase in income inequality not only raises social and political concerns, but also economic ones. It tends to drag down GDP growth, due to the rising distance of the lower 40% from the rest of society. Lower income people have been prevented from realising their human capital potential, which is bad for the economy as a whole. This book highlights the key areas where inequalities are created and where new policies are required, including: the consequences of current consolidation policies; structural labour market changes with rising non-standard work and job polarization; persisting gender gaps; the challenge of high wealth concentration, and the role for redistribution policies. "

Pour accéder au rapport : OCDE

On voit ici que l'OCDE se préoccupe des problèmes sociaux et politiques soulevés par la tendance persistante à l'accroissement des inégalités de revenus, mais aussi (et peut-être surtout) de son impact économique : " It tends to drag down GDP growth " (cela tend à dégrader la croissance économique).
causonsen
 
Messages: 309
Enregistré le: Mar 13 Mar 2012 19:15


Retourner vers Pauvreté, richesse, revenus et patrimoines

 


  • { RELATED_TOPICS }
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron