» Pour vous inscrire : Inscription           » Si vous êtes déjà inscrit : Connexion           » Pour nous contacter : Contact

" Super Mario au secours de l’économie européenne ? "

Origine et situation des dettes publiques, en Europe et ailleurs - Politique et pouvoir monétaires

" Super Mario au secours de l’économie européenne ? "

Messagepar voxpop » Jeu 11 Sep 2014 18:52

Le blog de Pierre Khalfa sur Médiapart comporte ce jour (11 septembre 2014) un rappel très documenté de l'attitude de la BCE depuis le début de la crise en cours.

Nous citons le début de l'article, qui suffit à faire comprendre que l'auteur n'est pas en admiration devant la BCE en général ni devant Mario Draghi en particulier :
" La Banque centrale européenne (BCE) vient de prendre une série de mesures inédites présentées par la plupart des commentateurs comme propres à sortir la zone euro de la déflation qui s’annonce. Super Mario aurait encore frappé et la BCE serait une fois de plus irréprochable. Avant de discuter des mesures prises, un rappel de son attitude durant la crise n’est pas inutile.
L’objectif de la BCE, tel que fixé par les traités européens et ses statuts, est la stabilité des prix[1]. Mais ni les traités, ni les statuts de la BCE ne définissent ce qu’est la stabilité des prix, ni ne fixent de cible d’inflation. Contrairement à ce que l’on entend souvent, c’est la BCE, de sa propre autorité, qui a fixé à 2 % la limite supérieure pour l’inflation, chiffre qui ne correspond à aucune nécessité économique. Cette obsession a entrainé historiquement des taux d’intérêt relativement élevés qui ont freiné l’activité économique et donc l’emploi. La conséquence en a été un euro surévalué par rapport au dollar et aux monnaies qui lui sont plus ou moins liées, notamment le yuan chinois, ce qui a pénalisé les exportations hors de la zone euro d’un certain nombre de pays européens.
Cette hantise de l’inflation a entrainé de la part de la BCE des réactions à contretemps. En juillet 2008, à quelques semaines de l’explosion de la crise financière, elle relevait son taux directeur (le prix de l’argent) à 4,5 % pour lutter contre une inflation pourtant faible, alors même que l’activité économique donnait de sérieux signes de ralentissement. À l’inverse, la Federal Reserve, la banque centrale américaine, avait déjà entamé un processus de forte baisse de ses taux directeurs face à la menace de récession.
"

Pour accéder au texte complet de l'article, qui poursuit l'analyse jusqu'aux dernières dispositions prises par la BCE : Médiapart
voxpop
 
Messages: 304
Enregistré le: Ven 24 Fév 2012 11:41

Re: " Super Mario au secours de l’économie européenne ? "

Messagepar agénor » Jeu 22 Jan 2015 11:25

Avec un retard considérable sur les US, la BCE vient maintenant de s'autoriser le "quatitative easing" (QE). Concrètement, la BCE pourra acheter directement de la dette souveraine. C'est un énorme tabou qui vient d'être brisé, et on peut d'ailleurs s'étonner du peu de réaction d'Angela Merkel, qui a toujours été jusqu'ici vent debout contre une telle mesure.
Il semblerait que la peur de la déflation y soit pour quelque chose.
agénor
Site Admin
 
Messages: 287
Enregistré le: Mer 06 Juil 2011 11:12


Retourner vers Budgets et dettes publics - Politique monétaire

 


  • { RELATED_TOPICS }
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron