» Pour vous inscrire : Inscription           » Si vous êtes déjà inscrit : Connexion           » Pour nous contacter : Contact

Natixis : " La zone euro pourrait-elle basculer sur le même équilibre économique que le Japon ? "

Origine et situation des dettes publiques, en Europe et ailleurs - Politique et pouvoir monétaires

Natixis : " La zone euro pourrait-elle basculer sur le même équilibre économique que le Japon ? "

Messagepar scripta manent » Sam 08 Juin 2013 20:10

Une fois de plus, le service Recherche économique de la banque Natixis, sous la plume de Patrick Artus, nous propose une réflexion stimulante, cette fois-ci sur le thème du comparatif Europe / Japon en matière de politique économique et monétaire.

Extraits :
" Aujourd’hui, la différence de politique économique entre la zone euro et le Japon est très importante :
- volonté de réduction du déficit public dans la zone euro, déficit public très élevé et relance budgétaire au Japon ;
- politique monétaire assez conservatrice dans la zone euro, politique de violente expansion monétaire au Japon.
Mais ne voit-on pas apparaître les premiers signes d’un basculement du modèle de la zone euro vers le modèle du Japon :
- avec le recul de l’activité, de plus en plus de pays ne parviennent plus à réduire leur déficit public, et peut-être vont-ils renoncer à le réduire ;
- les taux d’endettement publics vont alors continuer à augmenter, ce qui forcerait la BCE à mettre en place une politique d’achats très importants de dettes publiques pour éviter la hausse des taux d’intérêt ;
- comme le Japon, la zone euro ayant un excès d’épargne domestique pourrait accepter un taux d’endettement public très élevé à condition que la politique monétaire maintienne les taux d’intérêt nominaux à un niveau très faible.
"

On reconnaîtra ici des thèmes qui nous sont chers :
- la dépense budgétaire, si elle est bien conduite (chantiers d'intérêt général, services aux personnes, choisis pour bénéficier à l'activité locale et non aux importations) est la seule mesure publique dont on puisse être certain qu'elle va relancer l'activité, puisqu'elle génère immédiatement du chiffre d'affaires et des revenus locaux ;
- contrairement à la politique monétaire dont l'effacité dépend des réactions de multiples agents économiques : propension à investir des entreprises ; propension à prêter des banques ; aujourd'hui, l'abondance de masse monétaire irrigue plus les circuits spéculatifs, avec le risque de nouvelles "bulles", que l'économie réelle ;
- la puissance publique doit pouvoir mener cette politique en se finançant à bon compte, auprès de la banque centrale ;
- l'endettement public doit être le moins possible dépendant des circuits financiers spéculatifs.

Sur ce dernier point, il faut préciser que les situations de départ de la zone Euro et du Japon sont très contrastées :
- globalement la zone Euro a un taux d'endettement public inférieur à 100 % du PIB, mais elle est devenue très dépendante des "marchés" et de l'étranger pour le financement de cette dette, ce qui explique notamment l'attention apportée par ses dirigeants au moindre froncement de sourcil des agences de notation ;
- le Japon a un taux d'endettement public qui dépasse les 200 % mais le financement de cette dette est domestique pour l'essentiel, ce qui rend le pays beaucoup plus libre de sa politique économique et monétaire.

Pour accéder au texte complet de l'étude Natixis : http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=69706
scripta manent
Site Admin
 
Messages: 330
Enregistré le: Mer 06 Juil 2011 11:35

Re: Natixis : " La zone euro pourrait-elle basculer sur le même équilibre économique que le Japon ? "

Messagepar causonsen » Lun 10 Juin 2013 10:44

Selon l'AFP et Reuters, repris par Le Monde.fr de ce jour (10 juin 2013) : " La croissance du produit intérieur brut (PIB) (du Japon) a été revue à la hausse lundi 10 juin, à 1 % de janvier à mars par rapport au trimestre précédent, contre 0,9 % en première estimation, annonce le gouvernement. Cette révision, due à un ajustement à la hausse des dépenses d'investissement, donne une croissance en rythme annuel de 4,1 % au premier trimestre, contre 2,4 % aux Etats-Unis et une contraction de 0,9 % pour les dix-sept pays de la zone euro.
(...)
A ceux qui, comme le Fonds monétaire international (FMI), estiment qu'il (M. Abe, le Premier ministre japonais) prend des risques considérables en laissant filer la dette déjà colossale de l'Etat, l'intéressé répond que le fardeau ne baissera pas tant que la croissance ne sera pas revenue et la déflation terrassée (...) ". En visite d'Etat à Tokyo de jeudi à samedi, le président français François Hollande a porté un regard " favorable " sur la tactique de M. Abe, jugeant que la direction prise était la bonne. Plus de croissance, " c'est ce que veut M. Abe pour le Japon, c'est ce que je veux pour la France
". "

Cette convergence affichée entre un gouvernement de droite (Japon) et un gouvernement de gauche (France) montre que le dogme de la rigueur rencontre des résistances dans tout l'éventail politique. Les questions qui se posent ensuite (ou qui devraient se poser d'abord) sont : croître pourquoi ? croître vers quoi ? croître comment ? au bénéfice de qui ?

Pour accéder à l'article du Monde.fr : Le PIB japonais revu à la hausse
causonsen
 
Messages: 309
Enregistré le: Mar 13 Mar 2012 19:15


Retourner vers Budgets et dettes publics - Politique monétaire

 


  • { RELATED_TOPICS }
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron