» Pour vous inscrire : Inscription           » Si vous êtes déjà inscrit : Connexion           » Pour nous contacter : Contact

La CGT demande au gouvernement d'élaborer un " indice du coût du capital "

Pour essayer d'y voir plus clair sur les mécanismes financiers et spéculatifs qui sont à l'oeuvre

La CGT demande au gouvernement d'élaborer un " indice du coût du capital "

Messagepar voxpop » Mar 19 Nov 2013 18:23

Lu sur Le Monde.fr ce jour (19 novembre 2013, blog Questions sociales) :
" "Mon travail, ça c'est capital", "investir dans l'emploi c'est capital", "mon salaire pour vivre c'est capital", "pour la solidarité, la protection sociale c'est capital". A l'aide de ces affichettes, la CGT va lancer une campagne nationale pour s'en prendre au "coût du capital". Lors d'une conférence de presse, lundi 18 novembre, Thierry Lepaon a rappelé qu'il s'était adressé, le 26 avril, à François Hollande pour lui demander d'organiser "un débat contradictoire sur la répartition des richesses crées par le travail : quelle part va à la rémunération du travail, quelle part va à l'investissement, quelle part va à la rémunération du capital, quelle part va au financement des politiques d'intérêt général via l'impôt".
En 2014, la CGT va organiser un colloque avec des économistes sur le coût du capital. D'ores et déjà, elle demande au gouvernement la mise en place d'un groupe de travail sous l'égide du Conseil national de l'information statistique (CNIS) pour élaborer un "indice du coût du capital".
Thierry Lepaon a évoqué la lettre que Pierre Gattaz – que dans un joli lapsus il a appelé "Pierre Medef" – a adressée à ses organisations, où le président du Medef indiquait que "ce sont les entreprises qui créent les richesses en omettant de dire que dans l'entreprise, c'est le travail qui crée les richesses. Le problème des entreprises, ce n'est pas le coût du travail, mais c'est la sous-valorisation du travail, de sa reconnaissance et de sa rémunération".
Se basant sur une étude du Centre lillois d'études et de recherches sociologiques et économiques (Clersé), Mohammed Oussedik, secrétaire de la CGT, a chiffré le "surcoût du capital", c'est-à-dire pour l'essentiel la sur-rémunération des actionnaires, à "93 milliards d'euros", insistant sur la nécessité de "stopper la course infernale à la rentabilité financière".
"

Saluons cette initiative d'une centrale syndicale qui positionne le débat sur un plan macro-économique. On entend beaucoup parler depuis quelques années du « coût du travail », au point que cette expression est entrée dans le langage courant, avec une connotation assez péjorative : c’est le « coût du travail » qui pénalise la France. Le coût du capital a moins les honneurs des médias. Il est en effet temps de corriger ce déséquilibre ...
Il sera intéressant de connaître le sort réservé par le gouvernement à cette proposition.

Voir aussi sur ce sujet : Article de Benoît Hamon
voxpop
 
Messages: 304
Enregistré le: Ven 24 Fév 2012 11:41

Retourner vers Finance et spéculation

 


  • { RELATED_TOPICS }
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron