» Pour vous inscrire : Inscription           » Si vous êtes déjà inscrit : Connexion           » Pour nous contacter : Contact

Disparités salariales en France : l'INSEE s'essaie au rase-mottes statistique ?

Informations, statistiques et opinions sur la répartition des revenus et patrimoines,

Disparités salariales en France : l'INSEE s'essaie au rase-mottes statistique ?

Messagepar voxpop » Sam 09 Mar 2013 12:51

L'INSEE vient de publier une étude intitulée : " Une diminution des disparités salariales en France entre 1967 et 2009. "
Ce titre, dont une lecture rapide pourrait donner à croire que les inégalités se sont résorbées en France sur la période étudiée, offre une magnifique illustration de la difficulté de restituer la réalité sociale avec quelques chiffres. Laquelle difficulté permet à toutes les convictions et toutes les propagandes de s'appuyer sur des statistiques soigneusement sélectionnées pour soutenir la cause.

Dans le cas présent, les premières lignes du résumé de l'étude par l'INSEE fournissent elles-mêmes - mais sans beaucoup les mettre en avant - les informations permettant de relativiser grandement le sentiment dégagé par le titre du document : " Les disparités de salaires des hommes travaillant dans le secteur privé à temps complet ont reculé en France entre 1967 et 2009, contrairement à l'évolution observée dans plusieurs pays développés. "
Il en ressort que l'étude ne porte que sur le secteur privé (mais on découvre plus loin qu’elle couvre aussi le secteur semi-public) et surtout qu’elle concerne uniquement :
- les travailleurs masculins ; on a un peu de mal à y croire puisque le titre ne laisse rien supposer de cette exclusive, mais la lecture du rapport lève le doute ; le champ de l’étude y est décrit comme suit : « hommes nés en France travaillant à temps complet dans le secteur privé et semi-public » ; la montée en charge du travail féminin au cours de la période et le fait que celui-ci soit, à qualification égale, sous rémunéré dans de fortes proportions n’est donc pas pris en compte (pas plus d’ailleurs, semble-t-il, que le sort des travailleurs hommes nés hors de France ?) ;
- les travailleurs à temps complet, à l'exclusion donc des temps partiels dont on sait qu'ils se sont développés dans un contexte plus générale de précarisation du marché du travail (CDD, intérim ...) ; là encore, le titre de l'étude nourrit l'ambiguïté en faisant l'impasse sur cette seconde exclusion.

L’évacuation des femmes du champ de l’enquête (48 % de la population active en France en 2009 !) est d’autant plus déroutante que le même INSEE a publié le 8 mars, à l’occasion de la Journée des droits des femmes, une étude faisant apparaître que celles-ci avaient perçu, en 2009, dans le secteur privé, des salaires inférieurs de 28 % à ceux des hommes (précisons que, en salaire horaire, l’écart n’est plus « que » de 18 %, les femmes représentant 82 % du travail à temps partiel en France). Ecart encore considérable, même s’il s’est réduit depuis 1995, où il était de 34 %.

L’INSEE est une référence statistique. Les médias reprennent largement les titres de ses rapports, qui font autorité. Sur un sujet sensible, en une période difficile, il n’est pas superflu de peser ses mots. Pour cette fois-ci, c’est raté !

Cela est d’autant plus fâcheux que, en dépit de cette réduction des disparités à l'intérieur de la sphère des salaires (pour les hommes nés en France travaillant à temps complet …), globalement, la part du travail dans la répartition de la richesse produite (valeur ajoutée) s’est réduite au cours de la même période. Il n’aurait pas été mauvais de le rappeler.

Profitons-en pour souligner qu'il ne faut pas confondre les disparités salariales et les disparités de revenus qui impliquent de prendre bien d’autres facteurs en considération : la précarité (dont le chômage), les revenus du capital, la répartition de la valeur ajoutée entre toutes les parties prenantes (travail, capital, investissement ...) après application de la fiscalité, des prélèvements sociaux et de la redistribution par la collectivité publique. Au bout du compte, c'est à un enrichissement des plus riches et à un appauvrissement des plus pauvres que l'on a assisté, sur la période couverte par l'étude de l'INSEE.

Pour prendre connaissance de l'étude de l'INSEE sur les disparités salariales :
Etude INSEE

Pour une approche plus générale de cette question de l'évolution des salaires en France :
Salaires et politiques salariales en France depuis 1950
voxpop
 
Messages: 304
Enregistré le: Ven 24 Fév 2012 11:41

Retourner vers Pauvreté, richesse, revenus et patrimoines

 


  • { RELATED_TOPICS }
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron